Flash Cadres N°853

Tôt ou tard, les réac perdront

Le mouvement #MeToo démarré en 2007, mais qui s’est particulièrement développé suite à l’affaire Weinstein en octobre 2017 n’a visiblement pas été du goût des réactionnaires américains. Ont-ils peur à ce point de perdre leur pouvoir ? Toujours est-il que leur arrogance n’a pas de limite, car ils n’ont pas hésité à abroger l’arrêt Roe vs Wade rendant anticonstitutionnel le droit à l’avortement aux Etats Unis. Cela ne date que du 24 juin et déjà 12 états se sont engouffrés dans la brèche. Le coup est aussi puissant qu’est la vague féministe. Ce sont des milliers de femmes qui ne pourront plus être maitresses de leur destin, particulièrement les victimes d’agressions sexuelles.

Est-il besoin de préciser que seront les plus démunies socialement et financièrement qui en feront les frais ? Ce tsunami antisocial prouve qu’aucun pays n’est à l’abri d’un tel recul. En France, il est essentiel que le droit à l’avortement soit inscrit dans notre Constitution. Cela n’a que trop tardé. Tous les féministes du monde entier, hommes et femmes, doivent se lever pour faire entendre et amplifier leurs voix.

Partout en France et dans le monde entier des manifestations sont organisées. Les réactionnaires ont perdu. Ce n’est qu’une question de temps. Le temps où la moitié de l’humanité se laissait dominer par l’autre moitié est bel et bien révolu.

Flash Cadres 853

Le Pavé – Eté 2022

Accord BGPN : un vrai marché de dupes !

Un accord intitulé « Des engagements réciproques au service du client dans les bureaux de poste » vient d’être signé par certains syndicats, mais pas par La CGT (nous y reviendrons plus en détail très prochainement).

Et pour cause : c’est davantage un accord de stratégie commerciale qu’un accord social, celui-ci imposant de nouveaux objectifs insoutenables concernant la qualité de l’accueil des usagers !

Attention aux avis des clients qui pourront se défouler anonymement sur le premier agent venu !

La CGT observe qu’il est étonnant que celles et ceux qui vont se glorifier d’une prime de 350 € soumise à des conditions drastiques ne pipent mot lorsque le Groupe La Poste réalise un bénéfice net de 2,1 milliards d’euros qui va directement dans les poches des actionnaires. Il va y avoir quelques recrutements, assez pour caresser dans le sens du poil les syndicats signataires, mais pas assez pour permettre au personnel de bénéficier de conditions de travail enfin correctes.

En réalité, avec ou sans accord, ces embauches étaient incontournables, car il faut bien renouveler une fraction de la force de travail qui part en TPAS/retraite et remplacer les démissionnaires, de plus en plus nombreux. Sinon, comment espérer encore ouvrir chaque jour la plupart des bureaux ?

Le Pavé été 2022

 

 

Flash Cadres N°851

L’indispensable information !

Scandales alimentaires, pénurie et hausse des prix font désormais partie de notre quotidien. L’information du consommateur et le besoin de transparence sont de plus en plus nécessaires, alors que les scandales alimentaires s’accumulent. Or, le 26 avril dernier, le gouvernement a annoncé la possibilité de modifier temporairement les recettes de produits alimentaires. Ces modifications ne sont pas obligées d’être portées sur les étiquettes. Cette mesure peut mettre en cause la santé des consommateurs en n’informant pas sur la présence possible d’allergènes. Les industriels de l’agroalimentaire ne raisonnent que rentabilité et réduisent au minimum la maintenance préventive ainsi que le nettoyage. Or ces deux postes pris à la bonne hauteur auraient évité bien des drames.

La guerre en Ukraine qui affecte l’approvisionnement de l’industrie alimentaire pour la production de certaines denrées est prétexte à cette mesure. La Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) a recensé plus de 70 produits bénéficiant de ces dérogations. De plus, cette mesure intervient dans un contexte de hausse des prix qui s’installe. L’INSEE annonce une inflation de 4,5% sur les 12 derniers mois et concerne notamment des produits de consommation courante. Des produits qui augmentent nettement plus vite que l’indice général des prix ainsi que certains postes de dépenses incompressibles qui ont explosé depuis l’an dernier.

Il est urgent de réclamer des mesures qui protègent les consommateurs, une loi contraignante pour les industriels sur la qualité et l’information de leurs produits, une augmentation générale des salaires pour faire face à l’inflation et pouvoir consommer des produits de qualité.

Flash Cadres 851