Chronoscope n°73 – juillet/août 2020

Quand la Peak Oériode devient la norme !

Pendant plus de 2 mois Chronopost a été en peak période tous les jours ! Explosion du B to C, avalanche de Vinted, forte hausse du food, les salariés n’ont pas été épargnés ! De plus, il a fallu gérer cette surcharge de travail en période de crise sanitaire et de mesures de distanciation sociale ! Surmenage, fatigue, casses, agressivité de certains clients, perte de valeur et de la fierté du travail bien fait : les risques psychosociaux n’ont jamais été aussi présents.

A plusieurs reprises les syndicats, dont la CGT, ont tiré la sonnette d’alarme. Le CSE s’en est collectivement fait l’écho mais la direction a tardé à nous entendre, laissant dangereusement certaines situations se dégrader. Nos alertes, mais aussi les mises en demeure de l’inspection du travail (saisi par la CGT), les articles de presse dénonçant notre désorganisation ont fini par faire entendre raison à notre direction qui a suspendu le produit Vinted pour quelques semaines ! OUF ! Quelle leçon pour les salariés ? Mieux se protéger, mieux se défendre en se syndiquant! (lire ci-contre)

En page 2, nous vous informons sur la négo Intéressement en cours ainsi que sur des avancées obtenues par la CGT. En page 3, nous donnons la parole aux cadres en les invitant à mieux se défendre et se faire entendre et respecter avec la CGT…

Bon courage à toutes et tous et bonnes vacances à ceux qui en ont !

Télécharger le chronoscope

Au sommaire

  • Suspension du produit VINTED : La direction finalement contrainte de nous entendre!
  • Intéressement : vers une meilleure répartition des richesses ?
  • Compensation prime, réintégration, requalification d’intérimaires en CDI, la CGT obtient des avancées bien concrètes !
  • Enquête sur les conditions de travail des cadres pendant le confinement
  • Bilan du protocole sanitaire à mi juin
  • Histoire Sociale : L’avenir social en a toujours un

Prime COVID19: la DSEM exclue du dispositif !

La Poste refuse de reconnaitre l’implication de la maintenance dans l’effort collectif durant la crise du Covid 19.

Déjà, le montant de la prime est indécent au vu du travail fourni en période de pandémie. Peu de postiers auront droit aux 300 euros. Pour la DSEM, c’est ZERO !

Prime de « reconnaissance », vous êtes sûr ?
Alors que depuis des semaines, la CGT fait signer dans les services une pétition pour une prime de 1000 euros en reconnaissance de l’activité des postières et postiers dans cette période inédite et particulière, La Poste prend la décision avec la bénédiction de la CFDT, FO et CGC et sans aucune négociation avec les autres organisations syndicales du versement d’une prime COVID d’un montant maximum de 300 € pour 11 semaines.
Les modalités pour bénéficier de cette prime sont tout simplement scandaleuses, elle est calculée au prorata du temps de présence passé au front (physiquement sur les sites).
Dans ce dispositif, les services supports sont tout simplement ignorés. Pourtant, les techniciens des ATM se sont bien déplacés dans les bureaux de Poste. Ils ont permis aux agents du Réseau de pouvoir continuer à assurer leurs missions (pc portables, Gab, sureté etc…..). Et, pour tout ça, pas de reconnaissance… !

Et le télétravail, dans tout ça ?
Tous les agents de la DSEM ont fait du télétravail. Même les personnes fragiles, les personnes en garde d’enfants. Chacun a joué son rôle. L’accord poste de 2018 sur le télétravail prévoit une prime forfaitaire de 300 euros pour compenser les frais engendrés (électricité, internet, etc….). La CGT a demandé son application pour les agents de la DSEM. Là aussi, la réponse a été NON !

Dialogue social : ça re-commence mal !
La DSEM vient de proposer à la CGT de reprendre le dialogue social sur nos régimes de travail le 7 juillet. Bonnes vacances…. !!!! En même temps, elle fait courir le bruit dans les ATM de la fin des IEV. Récemment, alors que l’ancien directeur s’était engagé à ne plus mettre de techniciens en 35 H secs, ce sont les intérimaires à qui on a modifié les horaires. La CGT ne négociera pas la régression sociale.

C’est avec la mobilisation de tous que nous obtiendrons de meilleures conditions de travail pour tous les services de la DSEM.

La CGT FAPT DSEM vous invite à signer massivement la pétition pour faire valoir notre implication durant cette crise sans précédent.

Version imprimable

NAO à DPD France: pas question pour la CGT d’entériner un accord au rabais particulièrement injuste !

La CGT FAPT chez DPD France ne ménage pas ses efforts pour faire évoluer les choses dans l’intérêt des salariés. Lors des NAO, nous avons cherché tout d’abord à privilégier le dialogue social, puis, face au blocage de la Direction, nous vous avons appelés à débrayer le 6 juin, malheureusement avec un écho trop limité, dans un contexte il est vrai difficile…

Sans rapport de force, nos revendications ont peu de chance d’être entendues !

La CGT poursuit le combat pour tous et  avec vous  pour l’augmentation générale des salaires et pour que nous soyons reconnus à la mesure de tout le travail effectué!

Télécharger le tract