Flash Cadres N°816

Plus belle la lutte !

Le Conseil d’état retoque le projet de réforme des retraites. D’une part, parce qu’il n’a pas le temps de garantir au mieux la sécurité juridique. En ayant recours aux ordonnances le gouvernement fait perdre la visibilité de l’ensemble du projet et veut le faire passer en force. Cela risque de n’être ni conventionnel, ni constitutionnel. D’autre part, parce que les projections financières sont lacunaires, comme par exemple, le blocage du financement des retraites à 14% du PIB. La population des plus de 65 ans va augmenter de plus de 70% d’ici à 2070. Cela aura pour conséquence de reporter l’âge de départ à la retraite et d’augmenter le chômage des séniors.

Enfin les plus précaires seront encore plus impactés, particulièrement les femmes. Le nouveau système ne prévoit pas de prendre en compte les périodes de chômage non indemnisées. Avoir une carrière complète sera quasiment impossible, donc impossible d’avoir le minimum de pension.

L’avis du Conseil d’état est un nouveau camouflet pour ce gouvernement de plus en plus isolé. La lutte ne faiblit pas. Le 6 février était le 8è temps fort depuis le 5 décembre, avec 130 000 manifestants à Paris. Mais au-delà du schéma classique de grèves et de manifestations, nous assistons à une nouvelle forme de lutte, basée sur l’image et la « viralité » des réseaux sociaux. La colère touche toutes les catégories sociaux-professionnelles, touche l’ensemble du monde du travail, salarié ou non. A l’Assemblée Nationale, commence à poindre l’idée d’un référendum pour le retrait de ce projet.

Le gouvernement doit entendre cette colère et retirer son projet de loi. Ne lâchons rien ! Inscrivons nos mobilisations dans les prochaines dates et particulièrement celle du 20 février !

FC816

 

Le 20 février: Amplifions la mobilisation

Depuis le 5 Décembre, La CGT FAPT appelle l’ensemble des postier-e-s à être dans l’action par la grève pour amplifier la mobilisation sociale historique qui traverse notre pays pour le retrait de la réforme des retraites !!!! Les AG, les grèves, les manifestations se multiplient sur les lieux de travail, dans les lycées et universités malgré une répression digne des pires pays autoritaires et une propagande médiatique au service du capital.

La Poste et ses filiales, soutenues par le gouvernement Macron, n’hésitent plus elles aussi à réprimer férocement la lutte et l’action syndicale dans les entreprises, en interprétant les textes à leurs manières, comme par exemple sur des prélèvements abusifs des jours de grèves dans les PIC. C’est aussi un signe qu’elles prennent peur de la forte mobilisation qui se déroule depuis le 05 Décembre !! La détermination pour gagner le retrait de la réforme des retraites est intacte et se propage de manière inéluctable.

POSTIERS, POSTIÈRES DE LA MAISON MÈRE ET DES FILIALES, EXIGEONS ENSEMBLE :

– La retraite à 60 ans à taux plein et à 55 ans pour les métiers pénibles

– La CDIsation de tous les personnels précaires

– Le salaire de base et ce dès l’embauche à 1800 brut €

– Le 13 ème Mois

– Égalité salariale hommes/femmes

– A travail égal/salaire égal

TOUS MOBILISÉS, SOYONS MASSIVEMENT EN GRÈVE ET DANS LA RUE LE 20 FÉVRIER ET DÉCIDONS ENSUITE EN AG, DE LA SUITE À DONNER AU MOUVEMENT !

TOUTES ET TOUS ENSEMBLE, ON VA GAGNER !

Télécharger le tract

SIGNATURE DU CONTRAT DE PRÉSENCE POSTALE TERRITORIALE 2020 – 2022

Un contrat qui ne répond en rien aux besoins des postiers et usagers : l’État et La Poste à la manœuvre de privatisations qui avancent !

C’est en catimini que l’État, La Poste et l’Association des Maires de France (AMF) ont signé ce 5 février 2020, le Contrat de Présence Postale Territoriale 2020 – 2022.

Aucune concertation ou négociation n’aura encore eu lieu cette fois-ci avec les Organisations Syndicales représentatives des postières et postiers. Une situation déjà dénoncée par la CGT FAPT, auprès de l’AMF, lorsque nous nous rencontrions le 9 octobre dernier.

Aujourd’hui, parmi les 8 144 bureaux de poste, 503 sont des Maisons de Services Au Public, 922 des bureaux « facteurs guichetiers ». 481 d’entre eux sont localisés dans les quartiers prioritaires de la ville.

6337 sont des Agences Postales (AP) et 2757 des Relais Poste (RP). Les partenariats représentent donc 52,8 % du réseau de points de contacts de La Poste. En 2016, ils représentaient 48,5 % du maillage territorial (5951 AP et 2361 RP).

On voit donc combien l’absence d’égalité de traitement des usagers gagne en importance. Les usagers ne bénéficient déjà plus des mêmes services selon qu’ils se présentent dans une MSAP, une AP, un RP ou un bureau de poste de plein exercice.

Ni l’implantation du réseau de Maisons de Services Au Public (MSAP), ni le déploiement en cours, des Espaces France Services (EFS), ne compensent le recul de la présence postale en territoire, qui accompagne par ailleurs celui de tous les services publics. Ces réseaux ne se juxtaposent pas…..

Lire la suite