Retour à l'accueil La CGT FaptInstitut d’Histoire Sociale CGT FAPT

Histoire de la fédération CGT des PTT - II

mercredi 22 juin 2011

De 1945 à 1981 en quatre périodes.

Résumé de la deuxième période de 1954 (aprés la grève de 1953) à la fin de la guerre d’Algérie, fin 1962.

L’histoire de la fédération CGT des PTT, [2e livre- >img2806] de 1945 à 1981 est écrite par l’Institut d’Histoire Sociale de la Fédération CGT Fapt.
Ce livre, expose les grands événements historiques PTT, du syndicalisme, de la fédération et leur enchainement dans l’environnement national et international.

En 1967 a été publié un premier livre, Histoire de la Fédération cgt des PTT de 1672 à 1946, œuvre de Georges Frischmann alors secrétaire Général de la fédération, livre qui va être re-publié.

1945 c’est la fin de la 2e guerre mondiale, 1981, c’est l’arrivée, en France, de la gauche au pouvoir.

Le livre est divisé en quatre périodes, en tenant compte des nœuds historiques qui ont eu des répercussions sur le devenir des PTT et de ses salariés :

- Première période

- Deuxième période

- Troisième période

- Quatrième période

Résumé de la deuxième période de 1954 à la fin 1962

La période qui va de 1954 à la fin 1962 entérine la fin de l’Empire colonial français mais en même temps, elle est traversée par la guerre d’Algérie que l’on appellera, en France, pudiquement, pendant plusieurs années « les événements d’Algérie ».
Cette guerre est traitée, dans le livre, non pas en temps que telle, mais à partir des répercussions qu’elle aura sur la vie politique économique et sociale du pays. Elle va conduire à la chute de la 4e République en 1958.
Dans la fédération CGT des PTT, deux événements marquerons particulièrement cette époque.
- Celui de la condamnation à deux ans d’emprisonnement de René Boyer. qui au début de la guerre, refusera d’y aller,
- et l’assassinat le 8 Février 1962 à Charonne d’Anne Claude-Godeau, employé des services des Chèques Postaux et Jean Pierre Bernard, technicien à la Direction Régionale des télécommunications de Paris, tous les deux militants de la fédération. [1].

Sur le plan international, c’est toujours la Guerre froide. Le monde se divise en deux blocs armés.
- A l’ouest : l’OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord).
- et en réplique à l’est Le Pacte de Varsovie.
L’échec de la CED (Communauté Européenne de Défense] pour un court temps un peu de souffle à notre souveraineté.

Les "évènements de Hongrie" en novembre 1956 secouent la CGT.
Mais « ne l’empêche pas de poursuivre sa double activité en faveur des revendications et de la paix en Algérie qui devient un objectif primordial » [2]

Sur le plan économique c’est une phase de pleine expansion, accompagnée de campagnes productivistes des gouvernements Mendès-France et Edgard Faure qui va de juin 1954 à novembre 1955.

« Deux stratégies antagonistes » vont s’affronter. [3]
- L’une, celle du pouvoir, développe l’idée que l’accumulation capitaliste permet, en leur donnant quelques contreparties, de maintenir les salariés dans les rapports sociaux existants les fédérations syndicales Force Ouvrière et la CFTC n’y sont pas insensibles.
- L’autre dénonce cette thèse comme étant celle qui conduit à l’aggravation du système d’exploitation et propose de rassembler (syndicalisme de masse) et de lutter pour satisfaire les revendications immédiates en ayant la perspective de « changer de société ».

En termes syndicaux ces deux stratégies sont traduites, l’une par : « syndicalisme de collaboration de classe » l’autre par « syndicalisme de lutte de classes ».
Dans les stages de formation de la fédération à l’instar de ceux de la confédération ce syndicalisme de masse et de classe est largement explicité en se référant à la théorie marxiste

JPG - 38.8 ko
Les journeaux de catgories disent "Non de Gaulle" et ...

Dans les PTT, l’opposition, après la grève de 1953] [4] entre ces deux stratégies et pratiques syndicales, radicalisera les rapports entre la fédération CGT et la fédération FO.
Il y a un refus organique de la fédération FO de pratiquer l’unité d’action avec la fédération CGT.

Cela va conduire la fédération CGT à rechercher tout ce qui peut unir dans les services, d’où une intense activité de branches et de catégories.
Elle connaîtra quelques succès notoires.
Les luttes d’ensemble pour l’augmentation des traitements seront le plus souvent l’apanage de la fonction publique en général et plus rarement celui du secteur public.

Certes au moment de la chute de la 4e République, il y a un mieux être général, mais c’est au prix de luttes continues contre l’exploitation, ce qui montre la permanence de la « lutte des classes » même en période d’expansion économique.

De plus les fonctionnaires-et les auxiliaires de la fonction publique ne seront pas les « profiteurs » de la croissance ! Ce qui renforce le positionnement de la CGT face aux campagnes productivistes.

JPG - 32.1 ko
...et dfendent le srevendications du personnel.

En mai 1958 les conditions dans lesquelles s’effectuent le retour du général de Gaulle pose une nouvelle fois la question : dictature ou pas ?

Dans les premiers mois de l’année, il y a une crainte certaine, n’est-il pas venu au pouvoir avec le soutien d’hommes factieux ?
Très vite, son offensive va s’orienter contre les acquis sociaux de la Libération, tels que la Sécurité sociale et le Statut des fonctionnaires.

Au plan syndical, il y a des « rapprochements unitaires » ponctuels qui permettent des luttes nationales pour l’augmentation des traitements avec certains résultats.
Mais toujours le refus d’unité de la part de FO et les tergiversations de la CFTC dans les PTT.

Autre offensive gaulliste, celle des trusts de la téléphonie et de l’informatique qui sera disséqué lors des congrès de la Fédération CGT des PTT de 1960 et 1962.

Cette analyse minutieuse de Georges Frischmann à été déterminante [5] dans la prise de conscience du personnel, pour mener des luttes conséquentes contre la privatisation des PTT et un facteur de l’explosion de 1974 !

C’est en 1962 que s’achève la guerre d’Algérie Le 28 octobre 1962 de Gaulle veut renforcer son pouvoir personnel en proposant par référendum l’élection du président de la République au suffrage universel.
La CGT appelle à voter « non contre la dictature », mais De Gaulle l’emporte. [6]

Le gaullisme entre dans une nouvelle et dernière phase.
C’est ce qui est traité dans la troisième période du livre allant des années 1963 à 1974.

Bien sur pour en savoir plus, le meilleur moyen est de commander le livre

Notes

[1] voir brochure publié par l’IHS CGT Fapt – Charonne 8 février 1962

[2] Voir « La CGT » pages 101 et 102 de René Mouriaux - Editions du Seuil 1982

[3] Voir « La France ouvrière », tome 2, chapitre 5, page 283 et « La classe ouvrière à l’heure de la modernisation (1953-1958). Danielle Tartakowsky - Les Editions de l’Atelier 1995

[4] voir aussi la brochure publiée par l’IHS CGT Fapt sur les grèves de 1953

[5] voir la brochure de l’IHS CGT Fapt publié en hommage à Georges Frishmann

[6] 62,25 % de oui mais 46,66 % seulement si l’on tient compte des 23,03 % d’abstentions et des 2,02 % de blancs et nuls


Haut de page   |   Plan du site   |   Conception réalisation   |   Contacts