Journée d’action du 18 mai à La Poste

Une lutte d’envergure nationale construite localement

 

Aujourd’hui, partout en France, les postières et les postiers ont décidé de se mobiliser, d’agir, de cesser le travail, de se rassembler devant des bureaux de postes, devant des directions. S’il est encore un peu tôt pour avoir les remontées des chiffres de grève globaux, nous savons qu’il y avait 70% de grévistes à Narbonne PPDC, 80% à Port la nouvelle, 500 salariés étaient rassemblés devant le siège de La Poste, ce que l’on peut dire c’est que depuis très tôt ce matin c’est près d’une centaine de piquets de grève et/ou de départs en manif qui ont eu lieu sur tout le territoire (Marseille, Bordeaux, Narbonne, Evreux, Niort, Nice, Caen, Rouen, Nîmes, Nantes, Valence, Lyon, Toulouse, Moulins, La Rochelle, Aubin, Quimper, Le Mans, Clermont Ferrand …) ce qui témoigne d’une véritable dynamique.

Par leurs actions les postières et les postiers ont décidé de manifester leur mécontentement face à la politique menée par le Groupe La Poste, notamment au travers du nouveau plan stratégique 2020/2030 et du simulacre d’accord social qui l’accompagne.

Quelle que soit la direction ou le service, la situation n’est aujourd’hui plus acceptable, lorsque se développe la souffrance au travail, que la précarité se généralise, que le service public est bradé ou plutôt marchandisé, lorsque les salaires qui sont versés ne permettent plus de subvenir aux besoins et de vivre dignement, lorsque se multiplient les licenciements abusifs y compris chez les cadres.

La direction de La Poste n’a même plus la décence de reconnaître l’effort fourni par ses salariés pendant la crise sanitaire et c’est encore et toujours un zéro pointé pour ce qui concerne l’attribution de la prime d’intéressement….

Certes cette logique ne date pas d’hier et la situation que nous vivons est le résultat des politiques successives menées dans l’entreprise qui au final porte le nom processus de privatisation. Pour autant la prise de contrôle du groupe par la CDC en tant qu’actionnaire majoritaire n’est pour le moins pas étrangère à l’accélération actuelle et à une stratégie de rigueur dans lesquels les premiers à en faire les frais sont les salariés.

C’est la raison pour laquelle les luttes se développent au quotidien sur tout le territoire et dans tous les métiers, il n’y a pas un jour sans luttes à La Poste.

Elles sont la démonstration qu’il n’y a pas de fatalité mais plutôt un esprit de résistance qui anime les travailleuses et les travailleurs et leur permet d’arracher des avancées sociales en termes d’emplois, de résorptions de la précarité, d’amélioration des conditions de travail, d’amélioration de leur quotidien….

Chaque jour partout la CGT FAPT est au côté des postières et des postiers, chaque jour dans l’action et dans la lutte.

Oui, il y a une urgence, c’est celle de la revalorisation des salaires et de la reconnaissance du travail des postières et des postiers !

Oui, il faut agir pour changer de logique et imposer de réelles avancées sociales sur la base d’une répartition des richesses qui soit plus favorable à ceux qui la produise : les travailleurs !

N’ayons pas peur des mots, cette journée est sûrement d’ores et déjà historique au regard du nombre d’organisations syndicales représentatives qui appellent à la mobilisation CGT et SUD au niveau national, CGT, CFDT, FO, SUD, CFTC et UNSA au niveau local en territoire ou sur les établissements.

C’est un coup de semonce pour La Poste, qui n’entend pas les attentes et les besoins du personnel, pas plus que ceux des usagers, des élus, favorisant en permanence la division par tous les moyens.

Imposons l’ouverture de négociation partout en commençant sur les lieux de travail !

C’est avec cet état d’esprit et cette volonté de rassemblement et d’action que la CGT FAPT est engagée au côté des postières et des postiers et leurs collègues, quels que soient leur métier et leur catégorie.

Dans tous les cas ce sont les travailleurs qui sont les seuls acteurs et décideurs de l’action, de sa forme et de ses suites.

C’est pourquoi la CGT FAPT appelle l’ensemble des salariés à se rassembler dès ce soir, dès demain matin et dans les jours à venir pour décider collectivement des suites à donner à cette journée d’actions du 18 mai.

Version imprimable