Flash UFR N°3-mars 2021

Edito:

Mars: une dynamique de lutte.
Après le 4 février, une dynamique de lutte s’est mise en place dans beaucoup de secteurs professionnels mais aussi par des actions de citoyen-ne-s pour défendre les services publics de proximité. Les restructurations, les suppressions d’emplois vont bon train toujours au détriment des salarié-e-s et des services publics de proximité. Le rôle du syndicat est, en toute circonstance, de défendre et de faire avancer les revendications. A nous de jouer notre rôle pour rassembler plus largement.
Le 8 mars, journée de lutte pour le droit des femmes, des actions sont proposées dans chaque département et les retraité-e-s y seront. Et c’est femmes et hommes, ensemble, pour gagner l’égalité des droits, des salaires, des pensions et refuser tous les propos et actes misogynes et sexistes. On le sait bien à la FAPT, mais pas seulement, que les femmes sont pénalisées dans leur déroulement de carrière (disponibilité, temps partiels) donc dans leur niveau pension : il faut changer cette situation. Agir le 8 mars pour l’indépendance financière de toutes est un pas supplémentaire pour combattre les violences.
Le 27 mars les habitants de 21 pays européens vont se mobiliser pour le droit au logement, l’arrêt des expulsions, contre la gentrification des centres villes et quartiers populaires et contre le logement cher !
Le 31 mars journée de mobilisation des retraités à l’appel des 9 organisations pour augmenter notre pouvoir d’achat, le niveau des retraites, refuser de mettre les retraités à l’index avec la gestion de la crise sanitaire.
Non, nous les retraité-e-s, nous ne sommes pas des nanti-e-s. Combien avons-nous de syndiqués, souvent des femmes, qui gagnent moins de 1.000€ dans nos sections syndicales ?
Nous avons les arguments pour convaincre, nous gagnerons la mobilisation les 8, le 27 et le 31 mars. Masqué-e-s, nous pouvons agir!

(…)

Lire la version Word

Lire la version PDF