Echo des techniques n°24 – juin 2020

Bienvenue à la DT « sans contact »

Alors que la déshumanisation des services avançait déjà à grand galop avant la crise sanitaire, c’est à la vitesse d’un typhon que les rapports humains sont aujourd’hui sacrifiés, les uns restant isolés à leur domicile, les autres devant respecter une distanciation « anti-sociale ». Fini les embrassades, les accolades et autres poignées de mains. Nos dirigeants ne s’attendaient pas à une telle aubaine pour stopper les mouvements de contestation et essayer de briser toute solidarité entre les postiers en détricotant le lien social.

Le sevrage de la population pendant de longues périodes sans courrier n’est pas non plus innocent. L’obstination de la suppression de la distribution du courrier le samedi est-il encore justifié par les impératifs sanitaires ? Tout cela ne serait-il pas que stratégie pour se désengager de la coûteuse distribution du N+1 et du 6 jours sur 7 ? La Poste n’est-elle pas cette entreprise de contact qui relie les hommes aux hommes ? L’économie prendra-t-elle une fois de plus le pas sur l’humain et la raison sanitaire ? Beaucoup d’éléments vont dans ce sens.

Plus que jamais nous vivons à l’heure d’internet . Tout ou presque peut désormais se faire à distance. Emporté par cette envie pressante de faire éclater l’esprit d’équipe en divisant physiquement ses « collaborateurs », notre directeur avait déclaré en CHSCT qu’il y avait 80 % de postiers en télétravail avant de revenir sur un chiffre plus raisonnable de 50 %. Cela fait malgré tout encore beaucoup de postiers qui n’ont qu’un contact électronique avec leurs collègues pendant 100 % de leur temps de travail et qui sont aussi éloignés de leurs organisations syndicales.

L’espace de quelques mois, le rêve de notre directeur de ne plus avoir à croiser les militants de la CGT et syndicaux est devenu réalité. Mis à part le CHSCT, la direction a brutalement coupé les ponts avec toutes les instances (CT et CDSP) et toutes les réunions syndicales. Aucune, même en audioconférence ne s’est tenue du 17 mars au 20 mai. Ce n’est que sous la contrainte du Groupe et relayée par une demande de la CGT qu’une CDSP a eu lieu par voie électronique le 20 mai (vous pourrez en lire le compte rendu dans les pages suivantes). C’est également sur la demande de la CGT suivie de toutes les OS qu’un Comité Technique extraordinaire se tiendra le 15 juin.

Cette quasi absence de dialogue social, sous couvert de l’état d’urgence, a permis à La Poste de faire ce qu’il lui plaît, s’affranchissant de toute obligation légale. Dans une opacité délibérée, les conditions de travail de nombreux collègues se sont particulièrement dégradées sous couvert de l’urgence : mesures de protection arrivant bien tardivement, voire inexistantes, horaires imposés, attaques sur la liberté de prendre ses congés, non respect des accords et du code du travail, le tout sans consultation du Comité Technique et en bafouant les règles qui régissent le CHSCT. C’est ainsi que le CHSCT du 17 avril ne s’est pas prononcé et que celui du 7 mai ne s’est pas tenu faute d’un report refusé par le directeur en infraction avec ses obligations… Tout cela est inadmissible !

Lire la suite

Sommaire

page 1 L’édito : bienvenue à la DT sans contact, le chiffre 144

page 2 et 3 : Compte rendu de la CDSP du 20 Mai

page 3 : Déclaration préalable

page 4 : Les brèves et suite de l’édito