Un changement de stratégie s’impose pour le Groupe La Poste

La situation de crise sanitaire et de confinement a clairement mis en relief toutes les carences d’un Groupe qui depuis des années oriente sa stratégie en priorisant les profits et la satisfaction des actionnaires en termes de reversement de dividende.

Quelle que soit la Branche ou l’entreprise, l’absence d’anticipation par l’élaboration de réels Plans de Continuité de l’Activité a été préjudiciable, tant sur l’impact de la santé des salariés que sur la capacité à effectuer nos missions de service public.

Si aujourd’hui les dirigeants du Groupe s’emploient à communiquer dans les médias, auprès des élus, en direction des salariés pour valoriser toutes les actions qu’ils auraient pu mener dans la période, cela ne peut occulter le trop long silence dont ils ont fait preuve lorsque La Poste, les personnels étaient livrés à toutes formes de dénigrement.

Si la suppression de 100 000 lits dans nos hôpitaux publics, le non renouvellement de stocks conséquents de masques ont sensiblement affaibli notre service public de santé et placé proche de la rupture, les 100 000 emplois supprimés à La Poste, l’externalisation de nombreuses activités ont de leur côté conduit La Poste à ne pas pouvoir relever le défi d’une situation aussi particulière que celle que nous traversons.

Déjà ces dernières années, chaque arrêt maladie, chaque période de congés impactait la capacité à maintenir ouvert ou à respecter les horaires d’ouverture des bureaux, comme celle de couvrir au quotidien l’ensemble des tournées. Le niveau d’absentéisme sous toute forme dans le cadre de la pandémie a de manière exponentielle révélé la fragilité à laquelle nous exposaient les politiques menées depuis des années.

Pour la CGT, la stratégie du Groupe doit être diamétralement revue avec un retour à une maîtrise publique de nos activités et des orientations pour la réelle satisfaction des besoins des usagers, particuliers, collectivités, professionnels.

Si la présence postale, la couverture du territoire a été et est encore mise à mal, bien sûr la question des moyens de protection a été prépondérante, mais l’absence de maîtrise sur de nombreux points de contacts n’est pas sans incidence ; commerces fermés, services municipaux a minima voire à l’arrêt. La question d’un retour de ces points de contacts à des bureaux de plein exercice est clairement à débattre, et le contrat tripartite sur la présence postale laisse cette possibilité pleinement envisageable.

Mais l’emploi en nombre, sous statut conditionne la capacité du Groupe à accomplir l’ensemble de ses missions avec une qualité de service au rendez-vous. Car ce ne sont pas les recrutements au pied levé de CDD, d’Intérimaires qui manquent de formation et de perspectives d’être pleinement intégrés à La Poste ou dans une filiale qui garantissent la réalisation de l’ensemble de nos services avec la qualité attendue.

Et la crise sociale que nous traversons exacerbe le dumping social avec une pression énorme sur la sous-traitance. Les salariés notamment au Colis subissent un véritable esclavagisme et les responsables de nos services sont bien souvent dans l’incapacité de savoir où se trouve le produit et dans quelles conditions il est traité. Fermer les yeux pour dégager toujours plus de profits, des dérives inacceptables !

Pour un Groupe La Poste qui se prétend avoir une préoccupation sociale et qui adopte ces dernières semaines une posture de défenseur du service public, les véritables conséquences de ses choix stratégiques sont toutes autres et inadmissibles !

Pour la CGT, le jour d’après ne peut être la continuité voire l’accélération de toutes ces politiques qui portent en elles les crises sanitaires et sociales telles que nous le vivons actuellement.

La période fait ressortir le besoin de plus et de mieux de services publics pour la population, de plus et de mieux en termes de protection sociale pour l’ensemble du monde du travail.

Pour la CGT, il y a d’autres moyens que le management par objectifs et le seul prisme économique pour faire de La Poste avec ses métiers historiques, comme ceux de demain, le Groupe qui répondra aux besoins des populations et des salariés.

L’appropriation publique de l’ensemble de nos activités sous le contrôle des élus, des usagers, des salariés en sera le meilleur gage. Le statut, les garanties et droits de haut niveau pour l’ensemble des salariés qui accomplissent nos missions est une exigence pour toutes celles et tous ceux qui ont démontré la place essentielle qu’ils occupaient pour le fonctionnement de notre société.

Version imprimable