Flash Cadres N°816

Plus belle la lutte !

Le Conseil d’état retoque le projet de réforme des retraites. D’une part, parce qu’il n’a pas le temps de garantir au mieux la sécurité juridique. En ayant recours aux ordonnances le gouvernement fait perdre la visibilité de l’ensemble du projet et veut le faire passer en force. Cela risque de n’être ni conventionnel, ni constitutionnel. D’autre part, parce que les projections financières sont lacunaires, comme par exemple, le blocage du financement des retraites à 14% du PIB. La population des plus de 65 ans va augmenter de plus de 70% d’ici à 2070. Cela aura pour conséquence de reporter l’âge de départ à la retraite et d’augmenter le chômage des séniors.

Enfin les plus précaires seront encore plus impactés, particulièrement les femmes. Le nouveau système ne prévoit pas de prendre en compte les périodes de chômage non indemnisées. Avoir une carrière complète sera quasiment impossible, donc impossible d’avoir le minimum de pension.

L’avis du Conseil d’état est un nouveau camouflet pour ce gouvernement de plus en plus isolé. La lutte ne faiblit pas. Le 6 février était le 8è temps fort depuis le 5 décembre, avec 130 000 manifestants à Paris. Mais au-delà du schéma classique de grèves et de manifestations, nous assistons à une nouvelle forme de lutte, basée sur l’image et la « viralité » des réseaux sociaux. La colère touche toutes les catégories sociaux-professionnelles, touche l’ensemble du monde du travail, salarié ou non. A l’Assemblée Nationale, commence à poindre l’idée d’un référendum pour le retrait de ce projet.

Le gouvernement doit entendre cette colère et retirer son projet de loi. Ne lâchons rien ! Inscrivons nos mobilisations dans les prochaines dates et particulièrement celle du 20 février !

FC816