L’ECHO DES TECHNIQUES n°20

La Mandarine est un fruit juteux. Le projet du même nom l’est tout autant. Mais pas pour tous

Cet été, le conseil d’administration du groupe La Poste a validé la prise de contrôle majoritaire du capital de La Poste par la Caisse des Dépôts et Consignations au détrimant de l’état. Cette validation a recueilli le vote « pour » de la CFDT et de FO, seules SUD et CGT ont voté « contre ».
Nous retrouverons probablement cette répartition des votes dans d’autres réformes d’ampleurs…
Mais revenons sur cette opération politico-financière dont les parts de l’état dans le groupe La Poste fondent de 73,68% à 34%. Comment dans ces conditions assurer la pérennité du service public postal ? Le courrier devient une activité largement minoritaire dans ce grand pôle financier de 1 000 milliards d’euros géré par la CDC. L’activité principale sera bancaire et assurance. Le souci majeur de la CDC ne sera pas le développement du courrier, loin s’en faut.
Les effets négatifs sur les services postaux sont immédiats. Conjointement à ce big bang, nous apprenons que La Poste a décidé de lancer un vaste plan d’économie de 300 millions d’euro d’ici fin 2020. Difficile de ne pas rapprocher l’opération mandarine avec cette mesure d’économie. Cela peut sembler surprenant car les résultats obtenus au premier semestre sont supérieurs aux prévisions de 37,5% ! Rien que 416 millions d’euros en plus de chiffre d’affaire à la BSCC pour le premier semestre 2019 comparé à celui de l’année précédente !

A la DT les conséquences de ce montage financier, avec ses mesures d’économies, sont réelles.

Télécharger l’ECHO n°20

Au sommaire de L’ECHO:

p 1: L’édito sur Mandarine, le chiffre

p 2 : Suite de l’Edito; Le nouveau
dialogue social à la DT

p 3 : Pour un accord cadre

p 4 : Les brèves.