L’ouverture de négociations, une exigence pour les salariés de V.L.C

Les salariés de VIAPOST LOGISTIQUE CONNECTEE se sont fortement mobilisés lors de la journée de mobilisation du 17 juin dernier, avec l’exigence d’ouverture d’une négociation pour un accord permettant le reclassement des salariés au sein du Groupe La Poste, pour celles et ceux qui le désirent.

Le 17 juin, 90% de grévistes sur le site d’Hénin Beaumont dans le Pas de Calais, plus de 50% de grévistes sur le site de St Didier sur Chalaronne dans l’Ain, 50% de grévistes sur le site de Villeneuve d’Ascq dans le Nord. Rassemblements, communiqués et conférences de presse ont eu lieu devant les portes des entreprises.

La poursuite de l’action reste à l’ordre du jour avec l’objectif de gagner son élargissement au sein de tous les sites. Les réunions de Comités d’Entreprise commencent à se dérouler sur la présentation et la consultation du projet de rachat par l’entreprise Log’s.

Rappelons que des emplois sont menacés sur les sites du Nord Pas de Calais, l’Ain et la Saône et Loire. 150 salariés seraient menacés de perdre leur emploi, sans compter les intérimaires qui représentent en moyenne 50% des effectifs permanents !

Les directions tentent par tous les moyens de rassurer les salariés et se retranchent derrière les accords de Gestion Prévisionnelle de l’Emploi et des Compétences sur les éventuels accompagnements financiers.

Depuis quand les accords GPEC sont négociés dans le cadre de fermetures ou de rachat d’entreprises ? L’objectif d’une GPEC n’est-il pas notamment de prévenir les risques tant économiques que stratégiques des entreprises ?

Alors que des propos rassurants sont déployés par les directions, les salariés qui tentent de postuler dans le cadre d’un reclassement au sein du Groupe La Poste sont confrontés à d’énormes difficultés…..

La CGT exige l’ouverture immédiate de négociations afin d’obtenir un accord qui cadre les droits et garanties de l’ensemble des salariés qu’ils soient menacés dans leur emploi ou pas, qu’ils soient confrontés à la fermeture ou le rachat de leur entreprise.

Télécharger le communiqué