Le journal des PIC – Juin 2019

Dans un contexte social tendu, où la question du pouvoir d’achat est au cœur des préoccupations des travailleurs, les postières et postiers doivent se mobiliser fortement pour vivre de leur travail et ne plus survivre.

Courant Février Le groupe La Poste annonce 24 milliards de chiffres d’affaire et 768 Millions de bénéfices pour l’année 2018. En même temps, les NAO se tenaient La Poste !!!, La Poste nous a proposé « cerise sur le gâteau » que 1.10% d’augmentation pour la classe 1 et 2, celle-ci cautionnée par les syndicats CFDT, FO, CGC/CFTC, UNSA, qui ont signé l’accord NAO. DE QUI SE MOQUE-TON ? On est loin du compte quand l’INSEE annonce une inflation de 1.85 pour 2018 !!!!

Pourtant, partout dans les territoires toujours le même constat : les postiers ne s’en sortent plus au quotidien. Même si La Poste a « lâché » une prime exceptionnelle en janvier de 200 ou 300 uros (selon les revenus), on est très loin du compte des 1000 minimum demander par la € € CGT ! ! Afin que les postiers puissent enfin vivre dignement de leur travail, la CGT a des propositions : une réelle augmentation des salaires pour toutes les catégories ,1800 dès l’entrée a La Poste, € le 13ème mois, le PDE (Plan de Déplacement d’Entreprise) soit la prise en charge des frais de transports pour se rendre au travail à 100% par La Poste, le grade de base 2-1 pour tous avec re – pyramidage, la revalorisation de l’heure de nuit à 3 euros, prime de technicité assujettie a aucun critère, etc… Nous revendiquons ainsi clairement une meilleure répartition des richesses au sein du groupe !

Alors que La Poste a versé 57 millions d’euros de bénéfices aux actionnaires que sont l’état et la CDC (Caisse des Dépôts et Consignation), cet argent aurait pu contribuer à une réelle amélioration du pouvoir d’achat et des conditions de travail des postiers. Cet argent aurait permis la création d’emplois pérennes en CDI et non pas, comme nous le constatons au quotidien dans nos PIC, des CDD ou intérimaires toujours plus nombreux. Pour accroître ses bénéfices et les dividendes ainsi versés, La Poste mène une politique de dumping social* en faisant de l’emploi précaire, la norme. Nous avons l’exemple avec l’arrivée des filiales du groupe comme VIAPOST qui fonctionnent quotidiennement avec des intérimaires. La Poste les installe dans les PIC pour traiter les PPI, comme c’est le cas à la PIC de Lille Ce n’est pas ce que veulent les postières et les postiers ! Ils veulent des emplois pérennes sous un seul et unique statut, de meilleures conditions de travail, la reconnaissance du travail réalisé au quotidien par de la promotion, des augmentations de salaires. Ils veulent aussi plus de transparence et d’équité afin que notamment l’évolution professionnelle devienne un droit pour toutes et tous. Autant de revendications pour lesquelles la CGT et les postiers sont appelés à se battre. Car seule la mobilisation et le rapport de force au sein de nos centres, nous permettront de gagner des avancées pour toutes et tous !

Télécharger le journal des PIC – Juin 2019