Accord relatif à l’insertion des jeunes et au maintien dans l’emploi des seniors

Ou arrangement entre amis ?

Le 17 mai, l’ensemble des organisations syndicales était invité pour un projet d’accord portant sur le recrutement des nouvelles générations et les fins de carrière des postiers.

Un dialogue social particulièrement biaisé, irrespectueux, inadmissible.

Alors que nous connaissons une pyramide des âges particulièrement vieillissante au sein de La Poste avec plus de 45% des personnels au-delà des 50 ans, La Poste et les organisations syndicales signataires du précédent accord relevant de ce sujet au combien important, se sont entendues pour reconduire à l’identique pour cette année un texte nettement insuffisant que la CGT n’avait pas signé à l’époque.

Si par cette attitude La Poste manifeste un réel mépris à l’égard de la première organisation syndicale comme ses préférences envers d’autres syndicats et son aptitude à manigancer avec eux, c’est aussi à travers ce manque total de dialogue et de négociation un refus de tenir compte des attentes exprimées par de nombreux collègues dans les services.

Pour la CGT, l’avenir des jeunes postiers en CDD, contrat Pro, Alternance,…mérite bien plus que ce simulacre de réunion. Alors que les services souffrent de sous effectifs chroniques, alors que nos jeunes collègues aspirent à un contrat de travail pérenne pour mieux se projeter dans l’avenir, c’est particulièrement honteux de faire preuve d’un tel déni, d’un tel cynisme que de considérer que les engagements précédents répondaient amplement aux besoins criants et exprimés régulièrement par les postiers.

De la même manière nos collègues les plus âgés aspirent pour une grande majorité à bénéficier d’organisations de travail et d’aménagement de fin de carrière reconnaissant leur investissement passé, la pénibilité du travail et leur permettant de préserver au mieux leur santé.

Pour la CGT, il y a urgence à négocier un véritable plan de recrutement chiffré et ambitieux afin d’améliorer sensiblement les conditions de travail des postiers qui se sont sans cesse dégradées ces dernières années quels que soient nos métiers ou fonctions.

Dans les branches comme les métiers transverses, La Poste voudrait nous habituer à réaliser un travail plus ou moins saboté, il en est hors de question !

Chacun est attaché à effectuer un travail de qualité et pour cela il faut en donner les moyens aux postiers. Le critère des effectifs demeure la principale réponse pour cela.

Déjà sur certains métiers nous pouvons observer une perte de savoirs et de savoir faire. Cela risque bientôt d’être préjudiciable pour tous. C’est pourquoi il s’agit de réfléchir à développer plus largement des organisations de travail où les plus anciens pourraient consacrer une partie de leur temps de travail à la transmission de connaissances et d’expérience. Cela conduirait aussi à réduire la pénibilité du travail pour beaucoup d’entre eux.

Le temps partiel aménagement senior tel qui s’applique aujourd’hui, impacte sensiblement le pouvoir d’achat des postiers avant et lors du départ à la retraite.

Pour la CGT, il est nécessaire de le renégocier en intégrant notamment la sur-cotisation de l’employeur pour nos droits à retraites et un niveau de rémunération minimum permettant de vivre dignement.

Ces enjeux de recrutement et de fin de carrière nécessitent une considération bien plus grande qu’une signature sur un coin de table.

 

Version imprimable