Les postiers dans l’action

-> pour exiger les moyens pour rendre un service de qualité

-> pour défendre les statuts et garanties collectives

La période des entretiens d’appréciation bat actuellement son plein.

Ce moment dit « privilégié » d’échange entre l’agent ou cadre et son N+1, que nous connaissons depuis des années à La Poste, est issu de règles statutaires de la Fonction Publique où chaque agent était noté annuellement. Si un désaccord en ressort, un recours est toujours possible notamment par la demande de la tenue d’une Commission Paritaire.

Pour la CGT, cet entretien et ses incidences ne doivent pas être négligés par les postiers appréciés. L’appréciation est déterminante pour l’évolution de carrière que ce soit sur l’avancement de grade ou la promotion, sur la mobilité fonctionnelle et/ou géographique, sur la rémunération notamment dans la détermination de la part variable.
Pour la CGT, l’entretien d’appréciation est aussi le moment où par ces remarques le postier peut exiger de La Poste les moyens de mieux et bien travailler.

La CGT invite chaque postier insatisfait d’une appréciation injuste à se rapprocher des syndiqués et militants CGT pour élaborer son recours. Celui-ci demeure possible dans un délai de 2 mois après la validation de l’appréciation par la ligne hiérarchique.

Télécharger le tract

Que l’on soit fonctionnaire ou contractuel de droit public ou privé, nous avons des droits adossés à ceux de la Fonction Publique saisissons nous en ! Saisissons-nous aussi de l’appel unitaire à l’action dans la fonction publique par la grève et en participant aux manifestations

Le 22 MARS EXIGEONS DE L’EMPLOI PÉRENNE POUR L’AMÉLIORATION DE NOS CONDITIONS DE TRAVAIL ET DU SERVICE PUBLIC POSTAL, DÉFENDONS NOS STATUTS ET NOS DROITS