Le Chronoscope n°44 – Décembre 2018

Ras le bol de cette gestion purement financière de Choronopost !

Alors que mois après mois les bénéfices s’accumulent comme jamais dans l’histoire de Chronopost, force est de constater que les conditions de travail et la précarité augmentent simultanément. Les emplois en interne sont menacés avec le développement de la sous-traitance à tous les niveaux. Chargement/déchargement, dispach, picking, distribution, le village des salariés moyens propres ressemble de plus en plus à un village gaulois qui n’aurait plus de potion magique !

Tout cela pour détruire les droits des salariés et les diviser.

Pour mener à bien cette politique exclusivement financière, le Président prend soin en parallèle de paralyser le fonctionnement du Comité d’Entreprise et s’en prend aux moyens de fonctionnement des syndicats (voir courrier commun ci-contre). De nombreux salariés toutes CSP confondues quittent le navire, notamment à la DRH où rien ne va plus ! Les agents de maîtrise comme les cadres sont mis sous pression permanente, bientôt 7j/7 avec le dimanche !

Chronopost n’appartient pas plus au Président qu’aux salariés ! Réagissons tous avec nos syndicats et refusons cette politique de précarisation. Défendons nos emplois et nos conditions de travail. C’est possible ! (Voir page 2 la victoire du CHSCT de Bordeaux)

La CGT invite tous les salariés à hausser le ton et à défendre leur emploi et leur entreprise !

Chronoscope n°44

Au sommaire:

Page1:

Edito (ci-dessus)

Courrier commun des Organisations syndicales au Président de Chronopost

Page 2: 

Agence de MACON, une direction aveugle qui expose tous les salariés, de la chef d’agence aux ouvriers !

Victoire du CHSCT de BORDEAUX

Page 3:

Comité d’entreprise: Les ordonnances Macron/Medef menacent même les activités sociales et culturelles

Paradise papers: la CGT dénonce

Page 4:

Projet d’accord handicap: Tout y est …. SAUF la volonté de la direction

Culture: Film de Mathew WARCHUS « PRIDE »