Métiers des services financier : Préavis de grève pour le 31 mars

La CGT dépose un préavis de grève de 24h pour la journée du jeudi 31 mars 2016  couvrant l’ensemble du personnel des centres du périmètre métier Services financiers (centres financiers, centres nationaux, CNMR, DISFE…). Cette initiative vise à s’opposer au projet de loi relative aux droits du travail et par l’ouverture de négociations pour faire progresser le droit du travail pour l’ensemble des métiers SF.

Les personnels sont susceptibles de cesser le travail pour les motifs suivants :

  • L’humain doit être mis au centre de l’organisation du travail.
  • Le maintien de tous les centres et de tous les NOD.
  • L’abandon du programme EXCELLO.
  • Le retrait du chapitre 7 sur l’organisation du temps de travail de l’accord AMB 3
  • Le respect de l’accord AMB 2 sur l’extinction de la classe i

Organisation  de Travail

  • La ré – internalisation des activités sous traitées (saisie des chèques, des recherches 1er niveau des PCE, …).
  • L’abandon de l’outil « pilotage de flux », l’arrêt des mutualisations, des transferts d’activité, de la parcellisation des tâches.
  • Toutes les opérations liées à un compte doivent s’effectuer dans un même centre.
  • La Poste doit s’appuyer sur la haute qualification de son personnel pour concevoir une organisation du travail en équipe, avec un chef d’équipe, un formateur, pour traiter de A à Z les opérations.
  • Les organisations de travail doivent être respectueuses de la réglementation, des droits des usagers, des droits du personnel.
  • Les cadres ne doivent pas être le relais des choix néfastes pour l’emploi, les conditions de travail et le service public postal – ils ont toute légitimité à pouvoir intervenir dans les choix politiques et stratégiques, ainsi que dans les organisations de travail.
  • Des services RH sur site pour une relation Humaine de proximité

Emploi

  • Pour l’avenir des services et le bien être de tous, l’emploi des jeunes doit être une priorité, ce qui signifie un plan de transformation de CDD en CDI, le remplacement de tous les départs et une politique ambitieuse de recrutement (a minima : 1 départ = 1 embauche). 

Temps de travail

  • La réduction hebdomadaire du temps de travail à 32h.

Pouvoir d’achat

  • Le travail doit être reconnu par des augmentations de salaire, et 50 points d’indice pour les retraitables.
  • La qualification doit être reconnue par un niveau ou un grade supplémentaire pour tous.
  • Une prime exceptionnelle de 400 euros.

Respect de la dignité humaine

  • Pouvoir concilier vie privée et vie professionnelle
  • une véritable prise en compte de la santé au travail et du stress au travail. Respect des prérogatives des CHSCT (droit d’expertise, déclaration préalable …).

Dialogue social et droits syndicaux

  • La réponse aux demandes d’audiences locales doit se faire dans les plus brefs délais et des réponses claires et précises doivent être apportées par les directions
  • Les agendas sociaux locaux doivent aussi tenir comptes du temps impartis à la prise en compte des documents fournis et au compte rendu à en faire au personnel, pour cela il conviendra de ne pas tenir plusieurs instances dans la même semaine. (CDSP, CHS CT, CT….)
  • L’arrêt des pressions et des discriminations  envers les militants et syndiqués
  • Le respect du droit à l’activité syndicale
  • Les moyens nécessaires au bon fonctionnement du droit syndical doivent être mis à disposition des organisations syndicales (locaux, matériels, panneaux d’affichage, …)

Version imprimable