La Fédération Cgt des PTT en Algérie

Le mercredi 29 octobre l’Institut d’Histoire Cgt Fapt organisait, dans les locaux de la Fédération Cgt Fapt à Montreuil, une conférence sur « l’Histoire de la Cgt des PTT en Algérie ».

Cette soirée à connu un franc succès avec de nombreux camarades de la direction fédérale et de l’Institut d’histoire même si nous aurions aussi souhaité avoir plus de monde de la région parisienne et de l’extérieur.

Au total 30 participants avec un riche contenu sur un sujet peu connu par les jeunes générations.

Une vue la salle pendant la conférence

Une vue de la salle pendant la conférence

C’est Louis Cardin, cadre des PTT, membre actif de l’IHS-CGT-FAPT, auteur de « Une histoire du syndicalisme CGT en Algérie » qui a présenté cette Conférence en 2 parties :
– La CGT PTT en Algérie de 1945 à l’indépendance
–  Les militants CGT dans la tourmente

Après 1860, la France organise les Postes en Algérie suivant le modèle de la métropole.

Pour le téléphone les premiers réseaux sont installés dans les années 1880.

Le personnel comprend jusqu’à 10 000 unités dans les années 1950, à cette date 6 000 sont à la CGT. De 1900 à 1957, les travailleurs des PTT essentiellement européens, vont connaître à peu près la même histoire syndicale que les postiers de la métropole mais avec la singularité de la vivre dans une colonie. Ils vivront alors douloureusement, comme les autres fonctionnaires dans ce pays l’histoire coloniale, notamment dans sa dernière période.

Le syndicalisme en Algérie s’est développé en situation coloniale de peuplement. Le syndicat est aussi « un article d’importation » et comme tel, il prolonge l’organisation syndicale française.

La salle atentive suit le diaporama préparé par Louis Cardin

La salle atentive suit le diaporama préparé par Louis Cardin

Ce n’est qu’en 1956, alors que la guerre de libération nationale est en plein développement, que le syndicalisme algérien issu de la CGT se donne une centrale nationale : l’Union Générale des Travailleurs Algériens (UGTA).

Des deux côtés de la Méditerranée, les militants de la Fédération CGT-PTT vont payer un lourd tribut à la guerre

 

Outre la conférence de Louis Cardin sur le syndicalisme PTT en Algérie et les grandes figures qui l’on incarné, la présentation du livre de Pierre Pradel (1) et Abdelkader Belarbi « Tiaret, les platanes de la place Carnot » a fait un tabac. S’appuyant sur le passé douloureux de ces deux communautés (Pieds Noirs et algériens) habitant un même pays mais qui s’ignoraient Pierre, à partir de son vécu à montré que la réconciliation était possible et souligné les dangers actuels du communautarisme dans notre pays. Une quinzaine de livres ont été vendu. la soirée s’est terminé par un apéritif très convivial où les échanges se sont poursuivies.

Ces questions restent passionantes sur une période souvent encore tabou dans notre pays et qu’il est grand temps d’étudier et de faire connaitre dans toute ça complexité. Faut t’il encore le rappeller, il y a 60 ans le 1er novembre 1954 commençait la guerre d’Algérie.

Pour en savoir plus on lire les 2 parties de la conférence de Louis Cardin (cliquez sur les liens soulignés)

La Fédération Cgt des PTT en Algérie de 1943 à l’indépendance

Les militants de la Cgt PTT dans la tourmente

ainsi que

Histoire sommaire du syndicat Cgt PTT de 1943 à l’Indépendance

 

 

(1) Militant de la fédération, ancien inspecteur des télécoms, en retraite, enfant de Tiaret aujourd’hui l’un des responsables de l’association des piéds noires progressistes   et de leurs amis. Habite Vitrolles.