La CGT PTT en Algérie

L'écho des PTT Algérie

De 1945 à l’indépendance, les militants CGT dans la tourmente.

Le premier novembre 1954, il y a 60 ans commençait dans les Aurès la guerre d’Algérie, 89 mois vont marquer à jamais l’histoire de France.
Deux peuples sont meurtris dans leur chair et leur conscience par le colonialisme, leurs plaies n’étant pas encore refermées.

Dans ce contexte, l’histoire de la CGT et notamment de notre fédération avant, pendant et après la guerre, apporte un éclairage sur le rôle positif de notre syndicalisme dans son engagement contre le colonialisme et son apport à la reconstruction de l’Algérie en matière de télécommunications juste après la guerre …

Sur ce sujet :le Mercredi 29 octobre à 17h30
Louis CARDIN Cadre des PTT, membre actif de l’IHS-CGT-FAPT,

auteur de « Une histoire du syndicalisme CGT en Algérie »
Présentera une Conférence

  • – La CGT PTT en ALouis Cardinlgérie de 1945 à l’indépendance
    – Les militants CGT dans la tourmente

Salle Georges Frischmann-escalier B RCB – immeuble CGT 263 rue de Paris à Montreuil
Métro Porte de Montreuil

 

Cette conférence déjà présentée dans plusieurs villes, sera suivie d’un débat et d’une présentation du livre de Pierre Pradel et Abdelkader Belarbi

« Tiaret, les platanes de la place Carnot »

En 1958, ils sont deux enfants, l’un Pierre Pradel (1) a 11ans, c’est un pied noir, l’autre Abdelkader Belarbi (2) 8ans est un algérien ; tous deux vivent à Tiaret au sud ouest d’Alger.

Le dimanche 8 juin 1958 trois patriotes algériens sont pendus par les pieds sur la place Carnot de Tiaret. Chacun, vivra la guerre et l’après guerre différemment.

Un témoignage de Pierre dans « l’Humanité » sur la torture en Algérie conduit Abdelkader à prendre contact avec Pierre par internet.

Ce sera le début d’une amitié et d’une collaboration qui aboutira au livre que vous présentera Pierre: « Tiaret, les platanes de la place Carnot », c’est son titre.

Toute l’écriture du livre est imprégnée d’un humanisme de combat pour la liberté où rien n’est tout noir ou tout blanc. Un livre qui contribue à la nécessaire réconciliation entre les deux peuples.

Madeleine Quéré qui a écrit la préface souligne que lire ce livre dédié à Henri Alleg, Belarbi senior et Anne Claude Godeau « ne peut que rendre le lecteur meilleur, tolérant et pacifiste »

(1) Pierre Pradel, cadre de France télécom, aujourd’hui retraité à Vitrolles est président de « l’association nationale des pieds noirs progressistes et leur amis », voir le site ou l’on peut se procurer le livre.
(2) Abdelkader Belarbi est aujourd’hui docteur à Tiaret.