Mobilisation du 13 mars à La Poste

Ce jeudi 13 mars 2014, ce sont près d’un postier sur cinq qui se sont mobilisés à l’appel de la CGT, de la CFDT et de SUD pour obtenir satisfaction sur leurs revendications en matière d’emplois, de salaires, de conditions de travail et de service public.


Dans le cadre d’un climat social dégradé, où entre autres les dernières négociations salariales se sont traduites par un refus unanime des organisations syndicales de signer l’accord, l’absence de réponses aux revendications, la présentation du nouveau plan stratégique pour les années à venir annonçant une poursuite accélérée des restructurations, suppressions d’emplois et une pression sur les conditions de vie et de travail, entraînent un mécontentement grandissant et les actions des personnels. Cela se cristallise sur la distribution les plis électoraux, la fermeture des bureaux, les difficultés en CSRH et la dégradation du service public.Des initiatives et rassemblements ont eu lieu un peu partout sur le territoire comme dans le Finistère, à Quimper, Landerneau, Morlaix ou en Dordogne, en Loire Atlantique à Nantes, à Paris, à Besançon, Saint Nazaire, Rodez, Arbois(Jura), Angers, Le Mans ….Des arrêts de travail plus important encore que le 6 février ont été comptabilisés à l’exemple de 15,6% de grévistes en Franche Comté (50% à Besançon), 71% à la PPDC de Nancy Sud, 40 % dans le Limousin sur les bureaux de poste et 60% sur les forces de vente, 12,5 % sur le CSRH de Nancy, 26% au SCCE Champs sur Marne, 35% à la PASC de Mâcon, 60% aux Sables d’Olonne, 70% à Antibes, 90% à Landernau, 100% à Taulé, 80% à Arbois. Dans les centres financiers, 32% à Dijon, 28% à Marseille, 25% à Paris et à Bordeaux. Les bureaux étaient fermés à Ouessant et au Relecq Kerhuon, ….Pour la CGT, cette journée de mobilisation s’inscrit dans un processus de luttes engagé du local au national. Après le 6 février, le travail fourni par les militants CGT pour aller à la rencontre des postiers dans les services a largement contribué à la réussite de ce 13 mars. Les postiers ont mesuré l’importance de ce nouveau rendez-vous et ont voulu faire entendre leur voix pour peser sur l’obtention d’améliorations concrètes dans leur travail.

La Poste ne peut plus continuer à faire la sourde oreille. Elle doit répondre positivement aux revendications des postières et des postiers et ainsi contribuer au développement de l’entreprise et d’un service public postal de qualité. Satisfaire les attentes des personnels et celles des usagers est le seul moyen de garantir un avenir à tous.

La CGT-FAPT entend travailler dans le rassemblement le plus large, aux suites à donner à cette journée d’action spécifique à La Poste. Elle invite les postières et les postiers à poursuivre et à amplifier la mobilisation dans leur service. D’ores et déjà, des préavis de grève locaux ainsi que des initiatives sont prévus la semaine prochaine dans le cadre de conflits locaux et le 18 mars lors de la journée de luttes interprofessionnelle comme dans le Pas de Calais, en Seine Maritime ou encore en Languedoc Roussillon ….

La CGT FAPT œuvre à la construction d’un rapport de force durable et à l’élargissement de l’action pour la satisfaction des revendications. Ainsi toutes les initiatives doivent être prises ou saisies pour rassembler les postières et les postiers, comme le 4 avril journée d’actions européenne à l’appel de toutes les organisations de la CES.

Les luttes et l’engagement actuel des postiers pèsent. Nous appelons à poursuivre avec de puissantes luttes, de puissants rassemblements pour gagner une autre alternative pour l’emploi, les salaires, les conditions de travail et le service public.

IMG_0036 copieIMG_0018IMG_0021

com_suite_13_mars