Agir pour garantir une bonne santé au travail

Depuis de nombreuses années, la CGT n’a de cesse de tirer la sonnette d’alarme sur l’état de dégradation de la santé des postiers et des postières.
L’ouverture de négociations en la matière cette année a été l’occasion pour la CGT de faire des propositions fortes portant sur :

• le contenu et l’organisation du travail,

• la déclinaison de l’accord interprofessionnel sur le stress,

• le maintien dans l’emploi et le reclassement,

• le rôle, les moyens, le périmètre des CHS-CT pour une vraie efficacité professionnelle,

• la prévention des risques (TMS, routier, …).

La Poste n’a pas voulu prendre en compte ces propositions.

Pour autant, les luttes nombreuses et le plus souvent unitaires des postiers, nos multiples interventions, celle du syndicat des médecins de prévention ont conduit la Direction à prendre 5 décisions, déclinées dans l’accord :

• établir dans chaque établissement du territoire un plan d’actions «vie au travail»,

• donner à chacun le sens et la visibilité nécessaire dans tout projet d’évolution des organisations. La Poste assure ainsi que toute nouvelle organisation «significative» sera maintenue durant au moins 18 mois,

• prendre en compte les situations individuelles lors de la définition des organisations,

• apporter un soutien à l’ensemble des managers par la formation aux risques psycho sociaux et à l’écoute,

• assurer un suivi de la mise en œuvre.
Pour la première fois apparaît également, et c’est positif, l’obligation d’un bilan un an après tout projet important, avec correction si nécessaire.

Cependant ces premières avancées sont encore très insuffisantes.

Télécharger le fichier