Flash 06/2010

En bref…

DSK…même son de cloche que Sarko !

Le 22 mai sur France 2, Dominique Strauss-Kahn a déclaré : « si on vit 100 ans, on ne va pas continuer à avoir la retraite à 60 ans » Le directeur du FMI apporte un soutien de poids à Sarkozy et comme beaucoup de « libéraux » il veut en finir avec les droits sociaux du plus grand nombre pour donner des gages aux marchés financiers.

Solidarité, mon oeil ?

Les gains du lundi de Pentecôte avaient été décrétés au bénéfice des personnes âgées. Mais les quelques deux milliards d’euros qui rapportent chaque année à l’état, ne sont que partiellement consacrés à l’objectif initial ; C’est ce qui ressort d’une étude faite par les directeurs d’établissements pour personnes âgées. On peut vraiment parler d’un scandale.

Vie nouvelle
m’informe
donc je m’abonne
Tarif promotionnel jusqu’à
fin juin 2010
10€ au lieu de 13,10€

• Retraite : ce qu’ils ne disent pas !
Le PIB progresse d’environ 1,6% par an, en volume, donc il double à monnaie constante en 40 ans. Si aujourd’hui 10 actifs produisent un gâteau de 100 et qu’ils ont à charge 4 retraités. C’est 14 personnes qui se partagent un gâteau de 100. Ainsi la part de chaque personne est de 100 :14 soit 7,14. Si dans 40 ans, 10 actifs produisent un gâteau de 200 et qu’ils ont à charge 8 retraités, ce seront 18 personnes qui se partageront un gâteau de 200. Ainsi la part de chaque personne sera de 200 :18 soit 11,1. Il sera donc possible de financer des retraites au même niveau qu’avant leurs réformes à remonter le temps.

• Taxer les riches ? Chiche !
La pilule du recul de l’âge de la retraite étant difficile à faire avaler, et pour vendre sa contre-réforme il fallait au gouvernement une trouvaille : la contribution de solidarité des riches. Taxer le capital…Quelle bonne idée ! Mais Alain Minc, conseiller de N. Sarkozy précise : « il s’agit d’un geste de solidarité des riches qui ne peut être qu’un geste ». Au moins les choses sont dites. En bref, une « taxette » sur les revenus du capital qui atteindrait péniblement les 2% …Une alouette pour les riches, et un traitement de cheval pour les salariés.

• Et pan sur les fonctionnaires !
Dans la fonction publique, le taux de cotisation salariale pour la retraite est de 7,85%. Dans le privé, il est de 10,55%. Au nom de « l’équité », le gouvernement envisage un alignement à la hausse. Suppressions de postes, quasi-gel des salaires, hausse des cotisations…Le 24 juin, la réponse est dans la grève et dans la rue !

• Carte pétition Cgt et pétition UFR : continuons !
La remontée d’information concernant la carte pétition de la CGT s’accélère. Le compteur confédéral était à 214 188 signatures le 9 juin, date ou elle a été déposée au ministère du travail. Pour notre fédération, les chiffres indiquent près de 25 000 signatures. Nous sommes dans une dynamique qui doit tendre dès que possible vers le million de signatures.
Par contre, la pétition de l’UFR sur la question du pouvoir d’achat des retraités à beaucoup de mal à prendre véritablement son envol : 7500 signatures et par seulement 30 syndicats. Insuffisant ! Oui certes quand nous savons que c’est la revendication numéro 1 des retraités. Alors vite emparons-nous-en partout, d’autant plus qu’elle colle bien dans la bataille sur les retraites et au delà.

Infos sociales…

Commission Loisirs du COGAS: une aumône et rien pour les retraités!

Les propositions de La Poste via « Touloisirs » concernent très peu de postiers, les opérations coup de coeur se multiplient, le quotient familial relativement bas limite le nombre de bénéficiaires sur les voyages et séjour vacances. Concernant la billetterie: aide ponctuelle en national et en local, non cumulables, 5% de postiers actifs concernés, seuls les premiers seront servis. Les retraités sont exclus, seule l’offre sport leur est accordée. Lors de la réunion du 4 mai, la CGT a revendiqué une participation financière aux vacances et loisirs des postiers retraités, la transparence et la revalorisation des offres sociales de La Poste (voir compte rendu du 17/05).

Pas de pitié pour les salariés usés !

A la suite du Medef, qui avait fait capoter des négociations en 2008, le gouvernement s’oppose à la revendication, de simple justice, d’un droit au départ à la retraite anticipé, pour les salariés ayant été astreints à des travaux pénibles et envisage un système individualisé où seuls les travailleurs déjà malades seraient éligibles. Autrement dit, il faut être très malade, pour ne pas dire plus pour pouvoir rentrer dans ce dispositif !!!
C’est l’une des injustices les plus insupportables quand les pénibilités multiples au travail contribuent à priver des salariés de plusieurs années de vie de retraite.

LSR à Lyon le 6 mai : une réussite

Venus par la route ou le train, de la Région, mais aussi de Marseille, Bollène, la Nièvre, le Jura, Clermont-Ferrand, Dijon et même Paris, des centaines de retraités ont rejoint ceux de Lyon et de sa banlieue pour une journée exceptionnelle. Ce sont 1500 participants qui visitent Lyon, ses sites ou ses musées. Repas fraternel à Vénissieux, retour à la Bourse du travail de Lyon ou Françoise Vagner et Jacques Sanchez prennent la parole, avant un spectacle très réussi. Une belle journée de solidarité et de lien social, chapeau à l’organisation.

A quand la piqûre aux « très vieux » ?

Selon Alain Minc, pour régler « l’effet du vieillissement » sur les comptes de la Sécu, il y a une solution toute simple, qu’il qualifie de « progressiste » : faire payer les « très vieux », qui coûtent trop cher selon lui à l’Etat. Et de poursuivre en disant : « Je pense qu’il va falloir s’interroger sur le fait de savoir comment on va récupérer les dépenses médicales des très vieux, en ne mettant pas à contribution, ou leur patrimoine, quand ils en ont un, ou le patrimoine de leurs ayants droit. » Que restera-t-il aux « très vieux » et « très pauvres » ? A part la corde ou la piqûre, on ne voit pas. Une question : combien ont coûté à la collectivité les études de ce « conseiller expert » pour arriver finalement à autant de conneries?

Renforcement : vite redressons la barre !

50 adhésions pour 87 réalisées l’année dernière et 9290 FNI réglés à Cogétise au 31 mai 2010 pour 9778, à la même date en 2009, soit moins 488 FNI. Ces chiffres invitent à tirer la sonnette d’alarme. Pourtant, 16 sections départementales sont à 100% et plus de FNI payés par rapport à 2009. Ce qui est possible pour les unes, peut l’être pour tous, dès l’instant ou des dispositions en terme de plan de travail sont prises pour porter la question de la syndicalisation à la hauteur des enjeux d’aujourd’hui et en rapport avec les orientations de notre dernier congrès de l’UCR.

Je m’informe aussi sur :
Le site internet de l’UCR :
www.ucr.cgt.fr
Le site internet de l’UFR :
www.cgt-fapt.fr

International

CES : mobilisation européenne

La Confédération européenne des syndicats organisera une journée européenne d’action le 29 septembre. Pour la CES, il s’agit d’ « une mobilisation européenne en réponse à un mouvement collectif des gouvernements européens vers une diminution des dépenses publiques, à savoir l’emploi, les salaires et les pensions… ». Une euro-manifes-tation est prévue à Bruxelles.

Israël – Palestine : trop c’est trop

La CGT a dénoncé l’attaque meurtrière de l’armée israélienne dans les eaux internationales contre les navires d’aide humanitaire à destination de Gaza. La CGT appelle ses adhérents à se joindre aux manifestations organisées dans toute la France pour exiger la levée du blocus illégal de Gaza.

Portugal – Espagne : colère noire

300 000 personnes dans les rues de Lisbonne le 29 mai, grève générale des fonctionnaires et plus de 60 manifestations le 8 juin en Espagne, les salariés et les retraités font face aux baisses de salaires et à la dégradation des conditions de vie que veulent leur imposer le gouvernement socialiste Portugais et Espagnol. Les syndi-cats envisagent d’intensifier les mobilisations pour les jours à venir.

ONU : Désarmement nucléaire

Fin mai se tenait à New York la 8ème conférence d’examen du traité de non-prolifération nucléaire. Depuis la dernière conférence en 2005, les dépenses militaires mondiales ont continué de croître. En 2009, elles repré-sentaient 1531 milliards de dollars. Les USA dépensent à eux seul, 44% du montant total. La France arrive en 3ème position avec 64 milliards de dollars. La crise n’affecte visiblement pas les marchands d’armes. 1% de ces dépenses engagées permettraient de résoudre le problème de la faim dans le monde. Quant au financement de nos retraites, il suffirait de déplacer le curseur vers la bonne ligne budgétaire.

Télécharger le fichier