Branche des Télécommunications

Le 26 mars 2010 s’est tenue la dernière séance de négociation sur la revalorisation de la grille des minima salariaux de la Convention Collective Nationale des Télécommunications pour 2010.

La CGT, s’appuyant sur le succès de la journée d’action du 23 mars, où de nombreux salariés des entreprises des télécoms se sont mobilisés, a exigé une revalorisation des minima salariaux (voir tableau) qui réponde aux attentes fortes des salariés de la Branche et apporte un réel plus sur les fiches de paye.

La CGT a revendiqué comme première étape pour atteindre ces seuils :
+ 3% au titre du rattrapage des années 2008/2009 (rappelons qu’en 2009 aucune organisation syndicale n’a signé l’accord proposé par l’UNETEL)
+ 1,5% au titre de l’anticipation pour 2010
Elle a également demandé :
– le retrait des parts variables dans le calcul des minima salariaux
-des mesures concrètes et contraignantes pour supprimer les inégalités salariales entre hommes et femmes avant le 31 décembre 2010 comme l’exige la loi
-l’extension du 13ème mois dans toutes les entreprises du secteur
-des mesures pour les cadres dont le salaire est en dessous du plafond de la sécurité sociale

A l’issue des négociations, le patronat des télécoms (UNETEL-RST) a fait les dernières propositions suivantes (soumises à signature) :
• Groupe A : + 2,7%
• Groupe B : + 2,5%
• Groupe C : + 2,5%
• Groupe D et E : + 2,4%
• Groupe Fet G : + 2,3%

Pour la CGT, ces propositions sont inacceptables car elles maintiennent des niveaux de minima trop bas.
Cette revalorisation n’aura aucun impact sur les fiches de paye y compris dans les petites entreprises qui n’ont pas de Négociations Annuelles Obligatoire sur les salaires.
En effet les salaires observés dans les entreprises du secteur sont supérieurs aux minima proposés par l’UNETEL.
Ce niveau d’augmentation contribue à remettre en cause les acquis obtenus lors de la mise en place de la CCNT en décembre 1998.
A ce moment là le seuil 1 du groupe A était supérieur de 10% au SMIC, aujourd’hui cet écart est totalement rogné.
Par contre, ce niveau de revalorisation permet au patronat des entreprises de la Branche quelles que soient leurs tailles, de maintenir une politique salariale individualisée et d’ajuster les salaires en fonction des seuls critères managériaux.

Mise à part une phrase demandant aux entreprises de respecter la loi en matière de suppression des inégalités hommes/femmes, mais sans imposer de mesures concrètes et contraignantes, aucune proposition de la CGT n’a été retenue par le patronat.

Lors des deux premières séances de négociations les cinq organisations syndicales représentatives au niveau de la branche étaient unanimes pour demander 4,5% d’augmentation,
Le 26 mars la CFDT, la CFTC et FO ont annoncé leur intention de signer cet accord sur la base de la proposition de l’UNETEL le rendant ainsi valide (dans la branche, il suffit que 3 organisations syndicales sur 5 signent un accord pour que celui-ci soit valide).

Pourtant malgré la crise le secteur des Télécommunications a connu une croissance financière relativement forte de 2,9%. Cette richesse que les salariés ont creée doit être plus justement repartie.
C’est dans cet état d’esprit que la CGT mène actuellement les Négociations Annuelles Obligatoires dans les entreprises et obtient grâce à la mobilisation des salariés des résultats positifs.

La CGT appelle les salariés de la branche à continuer d’agir dans toutes les entreprises
? pour exiger une revalorisation conséquente des salaires et des minima
? pour exiger partout des primes exceptionnelles pour les salariés au vu des bons résultats des entreprises
? pour exiger le retrait des parts variables dans le calcul des minima
? pour exiger des mesures d’urgence afin de supprimer les inégalités hommes/femmes
? pour exiger l’extension du 13ème mois dans toutes les entreprises
? pour exiger des mesures pour les cadres dont les salaires sont en dessous du plafond de la sécurité sociale

Pour défendre vos droits, pour en gagner de nouveaux :
« syndiquez-vous efficace »

Bulletin de contact et de syndicalisation CGT ?
NOM : …………………………Prénom : ……………………
Adresse : ………………………………………………………
…………………………………………………………………
Code Postal : ……………Ville :………………………………
Facultatif : ? (perso.) …………….…………? (profes.) ….
Grade/ Classification : …………. Métier :…………………
Service/Bureau (nom et adresse) : ……………………….…………

Montreuil, le 1 avril 2010

Télécharger le fichier