Flash Cadres N°611

EDITO

Management et stratégie, y’a comme un doute !

Incontestablement, la crise pèse sur le moral des cadres et sur leur perception du travail, de la stratégie des entreprises et des politiques salariales et managériales. La sixième enquête annuelle « Réalité Cadres » CSA UGICT constate un décrochage dans la satisfaction des cadres en matière de rémunération. Ils ne sont plus que 55% à la juger satisfaisante (- 4 par rapport à 2008). Et 52% des cadres (62% chez les jeunes diplômés) jugent le système d’évaluation non pertinent, (+ 9 par rapport à 2008). Le stress s’accroit de 4 points avec 84% des cadres stressés, et seulement 16% prennent du plaisir au travail (- 8 par rapport à 2008).
Un cadre sur deux déclare avoir des objectifs impossibles à atteindre et un sur trois se voit obligé de faire des choix contraires à ce qu’il pense être bien pour le travail. Cette enquête révèle ou confirme, que l’encadrement décroche aussi par rapport aux méthodes de management et à la stratégie des entreprises. Si 60% des cadres continuent de penser qu’elles sont bonnes pour l’entreprise ou le client, un cadre sur deux pense qu’elles sont mauvaises pour les salariés ! Et 93% d’entre eux estiment que ces pratiques managériales n’ont au mieux pas changé depuis la crise financière. Majoritairement les cadres font confiance aux organisations pour traiter les problématiques d’emploi (63%), de retraite (57%), d’égalité femmes/hommes (56%) et de précarité (53%). La secrétaire générale de l’UGICT-CGT conclut : « la montée d’une défiance au regard des méthodes de management et d’un questionnement plus marqué des choix stratégiques valident les efforts de l’UGICT-CGT pour promouvoir un autre mode de management ».

BRANCHE POSTE

Audience à l’Enseigne : halte aux pressions !

Reçue à sa demande en audience le 16 mars au siège de l’Enseigne, l’UFC-CGT est intervenue pour dénoncer le management en vigueur, symbolisé par les contrats d’objectifs généralisés à tous les niveaux. Ce management, orienté vers l’accroissement aveugle de la productivité transforme profondément toutes les relations sociales de l’entreprise. En même temps, il cible particulièrement l’encadrement parce qu’il bouleverse sa place et son rôle. Elle a alerté sur les risques de développement de crise sociale comme à France Télécom.
L’UFC-CGT a été porteuse d’un autre management bannissant l’infantilisation, qui inclut la reconnaissance et le paiement de la qualification, qui préserve l’équilibre vie professionnelle-vie privée et qui replace les systèmes d’évaluation et la détermination des objectifs dans le cadre du collectif de travail.

* * *

Etre cadre au Courrier : à part entière !

A sa demande, l’Union Fédérale des Cadres CGT a été reçue par la Direction du Courrier de La Poste le 19 mars. Lors de cette audience nous avons été porteurs, du mal être des cadres dans ce contexte marqué par des services désorganisés et parfois ingérables du fait du manque d’emplois. Nous sommes revenus sur la nécessité d’orienter au moins une partie des moyens et des gains de productivité réalisés, vers les salariés (emplois, amélioration des conditions de travail, salaire …).
Nous avons demandé que les directeurs et managers sur le terrain disposent de réelles marges de manœuvre pour pouvoir négocier avec les organisations syndicales afin d’améliorer le vécu des salariés, notamment lorsque des conflits éclatent afin d’éviter de se retrouver dans des situations inextricables dues au pourrissement des conflits.

BRANCHE TELECOMS

Téléperformance, ça débraye dur

Alors que la direction cherchait à nous convaincre des avancées de ses projets ; sur les sites, des débrayages et grèves avaient lieu, comme tous les jours depuis le 11 mars, à Villeneuve d’Ascq, Rennes, Orléans, au Mans, à Lyon, etc.
La direction était tellement sûre de pouvoir clore les négociations qu’elle a même déjà mis les projets d’accord à l’ordre du jour des CCE du 19 et 23 mars.
La forte mobilisation des salariés et le refus unanime des organisations syndicales de signer les projets en l’état ont forcé la direction à proposer une nouvelle date de négociation le 24 mars.
Les salariés réclament : un 13ème mois, un temps de travail hebdomadaire fixe, des horaires et plannings qui préservent leur santé, des temps de pause payés comme temps de travail effectif, la mise en place pour tous de la subrogation en cas d’arrêt maladie, des augmentations de salaires conséquentes….

* * *

Salaires à FT : un tout petit mieux …

Les négociations salariales sont l’occasion pour FT de montrer son nouveau jour tant attendu !
En effet les salaires sont à la base d’une relation au travail sans stress. Alors que depuis des années seules des augmentations individuelles étaient prévues pour les cadres (plus de 2000 cadres à 0% en 2009), cette année la direction a annoncé des augmentations collectives pour tous, y compris les cadres.
Mais … elle a aussitôt précisé que le budget global des augmentations serait de 2% et que les augmentations individuelles continueraient.
Donc il va falloir batailler dans ces négos pour que la part globale soit beaucoup plus importante et que la part collective soit réellement significative, la mobilisation de tous les cadres doit y aider.

TRAVAIL

La survie des Prud’hommes !

Alors que le gouvernement remet en cause la conciliation prud’homale et la procédure elle-même, il prévoit maintenant de s’attaquer au mode de désignation des conseillers. Une mission de réflexion, qu’il a commandité, propose plusieurs pistes, et l’élection au suffrage universel par les salariés et les employeurs n’est qu’une option. Les autres vont de la désignation par les organisations syndicales à des élections par des grands électeurs (à l’instar des sénateurs). La CGT réaffirme son attachement au mode actuel, et a des propositions pour résorber l’abstention chronique. C’est bien l’existence d’une juridiction du travail, accessible aux salariés et en capacité de réparer efficacement et rapidement les violations du droit du travail qui est en jeu.

* * *

La politique industrielle ne peut se contenter des mesures de subventions !

Les annonces du président de la République pour une politique industrielle sont décevantes. Les mesures annoncées sont en contradiction avec les objectifs affichés : augmenter de 25% la production industrielle d’ici fin 2015 ; pérenniser l’emploi industriel sur le long terme ; favoriser un retour durable à une balance commerciale industrielle hors énergie excédentaire d’ici 2015 ; augmenter de plus de 2% la part de la France dans la valeur ajoutée industrielle européenne d’ici 2015. Cela fait plus de 20 ans que la CGT mène cette bataille, la France et l’Europe ne peuvent pas se passer d’une base industrielle solide, faite d’emplois stables, d’investissements réguliers, de recherche importante, de filières cohérentes. La question de l’emploi qualifié, durable, de la formation et des salaires n’est pas placée au premier rang des priorités alors que c’est aux yeux de la CGT le levier principal d’une politique de développement industriel.

SALAIRES


Pas d’innovation sans du social !

La direction de la division Innovation a reculé devant la mobilisation des salariés contre l’accord local. La séance extraordinaire du Comité d’Etablissement a été annulée.
La non prise en compte des revendications unitaires des personnels élaborées depuis octobre 2009 a entraîné la signature par plus de 1 000 salariés d’une pétition pour dénoncer cet accord local qui entérinait l’arbitraire des entretiens individuels, l’absence de promotions, des conditions de travail différenciées selon les « labos ».
Ce projet ne répondait pas aux recommandations des différentes expertises réalisées à France Télécom.
Pour la CGT chaque accord local doit être négocié à partir des revendications des salariés et pas n’être qu’un « copier coller » d’un accord national.

* * *

Agir pour gagner

Pour la troisième fois, débrayages, blocages de site, rassemblements, assemblées générales ont rythmé la journée du 18 mars chez Thales (33000 salariés). FO-CFDT-CFE/CGC-CFTC-CGT réclament une enveloppe moyenne d’augmentation des salaires au niveau de 2009, soit environ 3% de la masse salariale. Une pétition a réuni 15000 signatures, quasiment un salarié sur deux. Cela faisait longtemps que les ingénieurs et cadres (qui représentent 70% des effectifs) n’avait pas manifesté un tel mécontentement sur la précarisation de leurs revenus : 50% de leur part variable est calculée sur les résultats du groupe.
De nouvelles propositions devraient être présentées : augmentation de la cotisation entreprise pour la mutuelle, engagement à négocier participation et intéressement, et écarts de salaires Paris et province…

ECHOS

Un CA à La Poste

Outre les effets de la crise, le catastrophisme de La Poste a permis de justifier privatisation et restructurations.
Absurde, face aux besoins à développer les activités en réponse à ceux de la population. Les résultats sont positifs et ne baissent pas ; 531 millions d’€uros contre 529 en 2008 : avantage des complémentarités.
Postières et postiers, qui ont payé le prix fort avec 8833 suppressions d’emplois et des conditions de travail aux limites du supportable, vont toucher 221 €uros d’intéressement.
La Cgt leur propose d’agir pour des solutions et une reconnaissance durables : le 13ème mois.
Pour les cadres aussi, car intéressement + parts variables + rémunération globale : ça ne fait pas le compte.

* * *

Voter ou bosser ?

Le 21 mars, alors que se déroulait le second tour des élections régionales, les grands magasins parisiens étaient ouverts, privant ainsi leurs salariés du droit de voter. Dans un communiqué de protestation, la CGT du Commerce et de la distribution a exigé que les patrons du Bon Marché, du BHV, des Galeries Lafayette et du Printemps reviennent sur leur décision d’ouverture et ferment leurs établissements, ou laissent leurs salariés aller voter sur leur temps de travail, sans perte de rémunération. Plus fondamentalement, même si l’abstention massive a des racines larges et profondes -au-delà du seul phénomène du travail dominical- nous dénonçons cette banalisation qui tend à exclure les salariés de la vie sociale.

INTERNATIONAL

L’Europe bouge

En Espagne l’ensemble des travailleurs étaient rassemblés le 23 février contre la réforme des retraites.
En Grèce, les salariés restent mobilisés depuis des semaines contre la crise et le plan d’austérité annoncé. Il y a une semaine, les Islandais se sont prononcés à 93% contre le remboursement de l’emprunt contracté par leur gouvernement au moment de la crise financière pour sauver une banque privée.
Le 12 mars, ce sont les italiens qui se sont très fortement mobilisés contre la politique d’austérité du gouvernement Berlusconi. On le voit, le climat revendicatif se développe un peu partout au-delà de nos frontières.
La meilleure façon d’être solidaire avec ce différent peuple c’est de faire échos à leurs luttes et de développer la mobilisation chez nous aussi.

EGALITE

2010 : Une année au féminin pluriel !

Déclarée grande cause nationale dans la lutte contre la violence faite aux femmes, 2010 est également l’année qui devrait voir la fin des inégalités salariales.
Mais la violence faite aux femmes s’inscrit d’abord au quotidien dans la précarité, travail à temps partiel, carrières tronquées verront leur prolongement dans des retraites à minima.
La violence, c’est aussi la remise en cause du droit à l’avortement au travers des fermetures des centres IVG des hôpitaux
J. Rostand à Ivry, Tenon et Broussais à Paris, ceux d’Avicienne-Bobigny et de Poissy Saint Germain en Laye sont menacés.
Plusieurs centaines de personnes ont manifesté le 18 mars à Paris à l’appel de 8 associations et syndicats. La CGT est avec toutes les femmes pour faire respecter leurs droits dans l’entreprise et dans la société.

Télécharger le fichier