Après la mobilisation des 6 et 13 février, France Télécom doit répondre par du concret aux salariés !

France télécom doit, immédiatement, donner une suite favorable à nos revendications !

– Revalorisation de la prime CPEP 90 et son intégration au salaire
– Accorder tout ou parti de la prime CPEP 90 aux salariés de la supervision travaillant en horaires tardifs.
– Payement des heures de nuits au taux en vigueur (125%)
– Comblement des manques d’effectifs dans tout les groupes ou il y a besoin.
– Établissement d’un plan de formation correct, permettant au techniciens d’assurer sereinement leur travail
– Permettre un évolution de carrière par l’accès au III2, Dbis, et grades de reclassement équivalents
– Abaissement de la durée de travail à 30h et attribution de 25 CA et 9 JTL minimum pour tous
– Reconnaissance de la pénibilité au travail par retraite anticipée à taux plein
– Maintient des activités actuelles sur les sites existants
– Ré internalisation de toutes les activités sous-traitées.

Pour la CGT, se contenter de promesses reviendrai a accorder un chèque en blanc aux directions. Il faut donc maintenir la pression. Le 13 février, comme la semaine précédente, la lutte a été très forte, les salariés ont fait entendre leur voix, exigeant reconnaissance et respect.

IL FAUT CONTINUER !

La CGT appelle l’ensemble des salariés de la supervision en 24/24 et horaires tardifs à poursuivre et amplifier la mobilisation le samedi 20 février.

De son coté, la CGT a demandé à être reçu par la DRH Groupe pour faire aboutir les revendications des salariés et faire reconnaitre le métier de la supervision à France Télécom.

Télécharger le fichier