IHS Colloque facteur: c’est parti!

C’est à Jean Bartholomé, qui fut plusieurs années membres du secrétariat de la Fédération CGT des PTT (aujourd’hui CGT FAPT) qu’a était confié la charge d’être l’animateur de la préparation de cette initiative.

Le 23 avril 2009, une réunion a constitué un collectif pour lancer l’organisation du colloque sur le métier de facteur.

Ce colloque sera axé essentiellement sur la distribution. D’abord pour des raisons historiques : la distribution du courrier à domicile est symptomatique de la mise en place de la «poste aux lettres » et du rôle social qui est le sien. Ensuite pour le poids qu’elle représente, socialement parlant, dans l’évolution de la Poste, dans les luttes et la construction du syndicalisme CGT.

Il ne faut pas confondre le métier de facteur avec toute la chaîne du courrier. Même si, au plan catégoriel, des synergies se sont nouées avec l’acheminement ou le transport du courrier, l’exercice et les conditions de leur travail présentent des caractéristiques différentes.

Les précédents colloques organisés par l’IHS CGT FAPT s’étant tenus à Bordeaux, Lyon et Marseille, celui ci, sur le métier de facteur, se tiendra à Nantes ou des capacités militantes et structurelles aptes à l’accueillir existent déjà grâce à un institut expérimenté, ce qui sera d’une aide appréciable pour la réussite du colloque.
Il sera précédé d’initiatives et de rencontres, voire de « mini colloques » décentralisés dans d’autres départements, sur Paris notamment.

La densité et la complexité des recherches exigent évidemment du temps pour traiter un tel sujet, la tenue du colloque se situera donc dans le second semestre 2010.

Afin d’éviter un colloque « fourre tout » et d’extraire la quintessence des luttes passées, apporter des témoignages sur les conditions d’hier et les réponses syndicales d’alors, de manière à éclairer le temps présent.

La recherche s’articulera à partir de 1945.
Pourquoi ? L’après guerre a été synonyme d’avancées sociales, de droit syndical. Synonyme également de la transformation progressive et accélérée du service postal en réponse à l’expansion des besoins d’échange. La charge de travail s’est accrue considérablement avec un trafic en croissance constante, au fil du temps
L’Administration (comme on disait alors) s’est évertuée à transformer le processus de travail, introduire la mécanisation de la distri, notamment en zone rurale, implanter les CIDEX.

Mais la pierre d’achoppement a été constituée par l’inadéquation des moyens humains pour faire face aux charges de travail de plus en plus lourdes, à l’allongement des tournées et du temps de travail.

D’où des luttes syndicales, ancrées dans les services (les luttes locales) pour obtenir des créations de tournées, des compensations pour dépassement en RC ou indemnitaires. Des luttes aussi pour garder au courrier sa « noblesse », d’où les actions contre les imprimés sans adresse.

La défense du service public a toujours été prégnante même lorsqu’elle venait en contradiction avec l’aspiration au samedi libre ou à la suppression de la tournée de l’après-midi. Enfin il ne faut pas ignorer des aspects aussi importants que l’auxiliariat et la féminisation à partir de 1975 ou les actions catégorielles de revalorisation de la profession.
A traiter également : l’implantation et l’influence de la CGT (à un moment donné, 1 facteur sur 2 votait CGT.

Le déroulement du colloque sera conçu avec des thèmes de discussion.
L’appel aux témoignages constitue aussi un aspect important, il a déjà commencé. Le 10 juin une première rencontre a eu lieu avec les anciens facteurs de la section syndicale du Perreux dans le Val de Marne. Outre un échange de souvenirs et d’anecdotes qui reflètent bien le quotidien du métier de facteur trois témoignages ont été recueillis.

C’est un de bon augure pour la suite.