Infirmières infirmiers nos revendications demeurent : mobilisons-nous !

Infirmières infirmiers nos revendications demeurent : mobilisons-nous !

La CGT a participé à la Commission de Dialogue Social de La Poste le 20 novembre 2008 à Vaugirard, en présence de toutes les organisations syndicales, faisant suite à une bilatérale entre la CGT et La Poste.
Cette CDSP a été suivie par un CHSCT National le 9 décembre.

Visiblement, nous étions la seule organisation à contester le contenu du plan proposé par les dirigeants sur la Filière Infirmier, s’appuyant sur une réunion de syndiqués infirmiers en conférence téléphonée nationale.
La Direction a tout le long rappelé le cadre législatif de la santé au travail sans, à un seul moment, regarder nos revendications rappelées en bilatérale. Elle a transformé quelques petites phrases du dossier initial, un point c’est tout.

Au vu du nombre insuffisant des infirmières de La Poste, la situation est devenue catastrophique !

Notre Diplôme d’Etat, notre formation, notre expérience, notre ancienneté non valorisée en 3.1 entraînent l’exigence que notre filière doit commencer en 3.2 pour toutes et tous, puis 3.3 et 4.1. Nous nous appuyons sur la grille Fonction publique hospitalière largement plus bénéfique pour chacun et chacune et celle des « préventeurs » APACT dont la filière commence en 3.2, 3.3 et 4.1 à La Poste.

Nous exigeons la valorisation des DIUST et Licence et que toutes et tous puissent avoir accès à cette formation dans des bonnes conditions.
Cette formation de DIUST et Licence : des collègues n’y ont pas eu accès, d’autres doivent aller à Strasbourg ou Rouen (conditions impossibles pour la vie familiale),
dont certains, constatant l’absence de réelle valorisation, n’ont pas continué cette formation contraignante.

La Poste s’arroge le droit de laminer le contenu de notre Diplôme d’Etat !

Des exigences fortes, pour un métier exigeant :
La valorisation des diplômes acquis, comme celui d’ergonome, la possibilité d’accès à une formation universitaire, comme celle d’infirmier de la douleur (ergo-thérapeute), avec la possibilité de détachement dans la fonction publique hospitalière, en respectant le choix de chacun et chacune, sans aucune forme d’obligation!

Nous voulons continuer à pouvoir faire les soins prescrits, comme les textes le spécifiaient sur nos registres d’infirmerie quand ils existaient.
La valorisation de nos heures supplémentaires suivant notre indice et non en heures de californie.

La reconnaissance de nos qualifications :
Nous avons demandé aussi qu’il y ait les mêmes répercutions, pour nos collègues retraités.
Nous voulons aussi que la promotion se fasse par REP et non par RAP, ce qui est proposé par La Poste, car même si nous étions retenus par RAP, la promotion en 3.2 ou 3.3 sera aléatoire au vu des différents critères imposés par la direction de rattachement, au résultat : TRES PEU D’ELUS.
Nous sommes nombreux, nombreuses à avoir des grilles de salaire qui restent bloquées au dernier échelon durant plusieurs années, cela n’est pas admissible……
Nous répondons présents pour des missions de Préventions mais nous voulons rester Infirmières, Infirmiers diplômés d’Etat.
Nous avons aussi demandé que le cabinet Athémis, au-delà des sites pilotes pour l’audit, consulte l’ensemble des infirmières, Infirmiers. Nous sommes si peu nombreux que c’est dans le domaine du possible !

La promotion est une forte aspiration, nous avons donc à la porter au mieux et être très offensifs, si nous voulons qu’enfin La Poste reconnaisse nos qualifications, ce qui aura pour répercussion immédiate l’augmentation de nos salaires.
Le 29 janvier 2009, les Infirmières et Infirmiers de La Poste seront dans l’action unitaire interprofessionnelle avec l’ensemble des salariés et des cadres !

Télécharger le fichier