Flash Cadres N°582

Le 29 janvier les cadres aussi !

La progression du vote CGT aux Prud’Homales, comme dans la Fonction Publique Territoriale, réaffirme la volonté de l’ensemble des salariés à adhérer à la démarche qui est la nôtre, sur la recherche d’unité dans toutes les actions revendicatives.
Cette progression générale et plus spécifiquement dans le collège encadrement, confirme que la CGT est apparue en phase avec les cadres sur les questions de temps de travail, RTT, stress, reconnaissance des qualifications, emploi… et valide sa démarche de négociation qui articule revendications, propositions, actions.
Ce n’est pas un vote contre les autres organisations syndicales, mais bien la confiance qui est donnée à la CGT dans sa démarche syndicale unitaire.
C’est dans ce sens, que dans toute la CGT, nous nous félicitons de l’appel de toutes les organisations syndicales, auquel se sont ralliées les fédérations de la Fonction Publique, à faire du 29 janvier 2009 une grande journée d’action unitaire interprofessionnelle des salariés du privé comme du public :
pour défendre l’emploi; lutter contre la précarité et les déréglementations économiques et sociales; exiger des politiques de rémunérations qui assurent le maintien du pouvoir d’achat des salariés, chômeurs, retraités et réduisent les inégalités; défendre le cadre collectif et solidaire de la protection sociale; des services publics de qualité qui assurent en particulier tout leur rôle de réponse aux besoins sociaux et de solidarité.
Cette journée donnera lieu dans tout le pays à des grèves et des manifestations.
Après un feu roulant d’action, le 29 janvier sera une nouvelle étape pour exiger notamment une vraie politique salariale ambitieuse.

BRANCHE POSTE

Un rapport « téléphoné »

Dans un communiqué du 9 décembre, notre Fédération rappelle sa position sur la privatisation de La Poste préconisée par le rapport Ailleret.
La CGT est contre son contenu et refuse la privatisation. Un statu quo n’est pas plus satisfaisant et la CGT, dans un memorandum présenté à la presse et à la commission, propose des alternatives permettant de développer un service public moderne et rénové répondant aux besoins de toute la population en tout lieu du territoire (voir site fédéral : www.cgt-fapt.fr).
La majorité des postiers et des usagers s’oppose à la privatisation de La Poste.
Le gouvernement doit l’entendre après les journées d’action des postiers puis des usagers. Les organisations syndicales se rencontreront le 19 décembre pour la construction de la poursuite de la mobilisation.

Chronophage

Comment brider la masse salariale tout en augmentant la productivité ? Réponse de la direction de Chronopost : en s’appuyant d’une part sur l’absence d’accord salarial (comme en 2008) ou sur des accords salariaux au rabais qui privilégient la faiblesse des mesures générales de revalorisations salariales pour d’éventuelles mesures individualisées ; et d’autre part en mettant en œuvre l’avenant à l’accord RTT signé par la CGC et FO qui permet de mettre la pression sur la ligne managériale et les cadres pour qu’ils renoncent définitivement à 11 jours de RTT. Au bilan : pas d’embauche, remise en cause des jours de RTT et un salaire qui tend de plus en plus vers le SMIC horaire avec le non paiement des heures supplémentaires des forfaitisés en jours.
Si vous n’êtes pas d’accord avec cette façon de faire vous avez la possibilité de vous inscrire massivement dans la journée d’action du 29 janvier.

BRANCHE TELECOM

La pingrerie de France Télécom

La contribution de France Télécom aux activités sociales et culturelles va baisser de 1,8 millions d’€uros en 2009.
Celle-ci est calculée en pourcentage de la masse salariale et est donc touchée de plein fouet par la politique de l’entreprise qui supprime des emplois et comprime nos salaires.
Ainsi les salariés seront doublement sanctionnés, une première fois par un accord salarial au ras des pâquerettes signé par FO, CFDT, SUD et CFTC, et une seconde fois par les conséquences de cet accord combinées avec les restructurations menées par France Télécom.
La CGT exige que cette contribution soit calculée sur la base de 1% du chiffre d’affaires, ce qui permettrait de rééquilibrer (un peu !) la répartition des richesses de l’entreprise.

L’accord contre les salariés

En 2007 l’inflation était de 2,8%, le rythme annuel 2008 a déjà atteint, en juillet, 3,6% selon l’INSEE. L’accord salarial à FTSA, signé par FO, CFDT, CFTC et SUD prévoit une augmentation générale pour les cadres de 0% ( !!!) et de 3% de moyenne en augmentation individuelle.
Et pourtant, dans les négociations ils refusaient tout accord sans une nécessaire augmentation générale … mais au moment de signer…. pffuuuiiitttt !
Nous exigeons que les prochaines négociations salariales prennent comme base le rattrapage des salaires par rapport à l’inflation, que les salaires soient revalorisés par rapport à l’évolution des bénéfices de l’entreprise et que les augmentations pour les cadres soient générales, comme nous l’avons obtenu pour les médecins du travail en 2008.

ECHOS

Retraite : les Français choisissent la répartition

Un sondage IFOP commandé par la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse remet un certain nombre de pendules à l’heure :
Le système de retraite par répartition est très largement préféré à celui par capitalisation, ce dernier ne recueillant que 9% d’adeptes !
Par ailleurs, la grande majorité des sondés (70%) pensent qu’il faut « réformer » le système par répartition pour mieux le préserver.
Autre fausse idée reçue instillée par les médias et battue en brèche par le sondage : l’âge moyen souhaité de départ à la retraite est de 57 ans.
Le mauvais et contre exemple du système américain, qui met des millions de retraités sur la paille, suite à la crise, y est sans doute pour quelque chose. Au fait, qui prône les Etats-Unis comme modèle économique indépassable ?

Compte Épargne Temps des fonctionnaires : 1ère victoire contre le décret

L’Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires CGT a salué mardi le retrait par le Conseil supérieur de la Fonction publique d’un décret sur le Compte Épargne Temps prévoyant que les agents de la Fonction publique d’État et les magistrats puissent se faire indemniser la moitié de leurs jours de RTT non pris au 31 décembre 2007, de 65 à 125 €uros suivant leur catégorie.
« Monétiser au rabais ces comptes, les transformer en points de retraite par capitalisation achetés par le salarié, c’est tout le contraire du sens de l’histoire qui voudrait que l’évolution des technologies et la révolution informatique permettent que l’on travaille moins », juge la CGT.

ELECTIONS PROFESSIONNELLES

Progression de la CGT dans la Fonction Publique Territoriale

Après les progrès CGT enregistrés aux prud’homales et dans l’Éducation nationale, la CGT progresse dans la Fonction Publique Territoriale et ces résultats confirment la confiance des salariés dans la CGT et leur aspiration à d’autres choix que ceux portés par le gouvernement et le patronat.
En prenant appui sur ses résultats électoraux, la Fédération CGT des Services publics est déterminée à construire avec les agents territoriaux les mobilisations indispensables pour faire vivre et développer un service public territorial, facteur de progrès social. Elle est déterminée à oeuvrer à la convergence interprofessionnelle des luttes des salariés du privé et du public et va lancer, début 2009, une campagne nationale de syndicalisation.

La CGT à l’école

Les Assistants d’Éducation et Personnels de Surveillance et de Vie Scolaire étaient invités à voter le 2 décembre dans le cadre des élections professionnelles.
Pour la première fois la CGT Educ’Action aura des élus dans certaines académies. Cela montre que, partout, dans tous les métiers, voter CGT est un acte fort de mise en garde aux décideurs de tout poil qui veulent tuer le service public de l’éducation.
Notons qu’à l’instar des élections prud’homales, l’Éducation Nationale, comme le gouvernement, a brillé par son inefficacité dans l’organisation du scrutin.
En effet, les titulaires et les non-titulaires n’avaient pas les mêmes modalités de vote !
En augmentant leur participation, les titulaires ont prouvé leur attachement aux représentants syndicaux.

EMPLOI

Le chômage partiel ne doit pas entraîner de perte du pouvoir d’achat

De nombreuses entreprises recourent au chômage partiel prétextant la crise financière et leurs salariés subissent de sévères pertes de salaire.
A titre indicatif, une ponction de 0,8% sur les dividendes que Renault va verser à ses actionnaires pour 2008, suffirait à payer à 100% le chômage partiel de ses 20 000 salariés.
La CGT estime que les salariés n’ont pas à payer les conséquences d’une crise dont ils ne sont pas responsables.
Elle revendique une révision des mécanismes du chômage partiel afin que les salariés des entreprises et de leurs sous-traitants conservent la totalité de leur revenu pendant la période au cours de laquelle leur contrat de travail n’est pas rompu.

Flicage des chômeurs

Avec la création de Pôle Emploi, institution issue de la fusion entre l’Anpe et les Assedic, c’est bel et bien la casse du service public de l’emploi qui est à l’ordre du jour, avec la volonté de confier le placement des demandeurs d’emploi à des opérateurs privés. Ces derniers auront aussi pour mission de signaler les « manquements aux devoirs définis par l’article L 5412-1 du Code du travail ». En clair, il est mis en place un flicage des demandeurs d’emploi par les opérateurs privés, afin d’aider le gouvernement à radier massivement les chômeurs qui sont déjà poussés à accepter tout et n’importe quoi sous peine de voir leurs allocations supprimées.
Un autre objectif de ce flicage est de précariser encore plus le marché du travail avec la création de 330 000 contrats aidés.

INTERNATIONAL

Priorité aux droits des travailleurs, et non aux horaires de travail à rallonge

Le 17 décembre, le Parlement européen a voté en plénière la révision de la directive sur le temps de travail.
À la veille de ce vote, la Confédération européenne des syndicats (CES) a manifesté à Strasbourg pour revendiquer des horaires de travail qui respectent la santé et la sécurité, et décemment rémunérés, ainsi qu’une meilleure conciliation vie privée – vie professionnelle.
Le Parlement européen a rejeté un texte autorisant les salariés européens à travailler plus de 48 heures par semaine, un vote brandi comme une victoire de l’Europe sociale.
Les eurodéputés ont également décidé, contre l’avis des gouvernements des Vingt-Sept, que les « temps de garde », période d’inactivité passée sur le lieu de travail, devaient être intégralement compris dans le temps de travail.

EGALITE

Travailleurs sans papiers : « Ils bossent ici, ils vivent ici, ils restent ici ! »

La détermination des deux mille grévistes a déjà permis de gagner la régularisation de nombre d’entre eux.
A l’issue de plusieurs réunions entre le Ministère de l’Immigration et la Cgt, des critères et des instructions pour permettre cette régularisation par le travail viennent d’être communiqués par le Ministère aux préfectures.
Il y a urgence maintenant pour que certaines préfectures arrêtent de faire de l’obstruction et que les employeurs stoppent les licenciements pour « défaut de papiers ».
Cette régularisation n’est que justice.
En faisant valoir leurs droits, ils aident à lutter contre le dumping social.

Télécharger le fichier