Appel public des cadres commerciaux

Appel public des cadres commerciaux

Pour de meilleurs salaires,
Pour le respect de notre dignité,
Pour le respect des 35 H et de notre vie privée,
Pour de meilleures conditions de travail

Réunis le 11 septembre 2008, les GESCLI, COFI, COCLI, CHARCLI, CSP, CSI,… appellent leurs collègues à participer massivement à la grève nationale unitaire du 23 septembre 2008 contre la privatisation de La Poste et pour porter leurs revendications.

Parce que les métiers du commercial doivent faire l’objet d’une éthique dans leur conception comme dans leur mise en œuvre ;
Parce que nous n’avons pas à accepter tout et n’importe quoi dans l’exercice de notre fonction et de nos responsabilités, notamment par rapport à la « nouvelle méthode de vente » ;
Parce que les cadres commerciaux, confrontés aux réalités concrètes du travail, n’ont pas à être les porteurs d’eau des choix de gestion qui ignorent les réalités du terrain ;
Parce que nous sommes les mieux placés pour évaluer l’organisation du travail et la finalité du travail au quotidien ;
Parce que prendre en compte les réalités du travail sont les conditions essentielles pour améliorer la qualité du service ;
Parce que le droit « à se défendre », le droit « à être reconnus et respectés » font partie des droits constitutionnels reconnus par le Statut de la Fonction Publique et le Code du Travail ;
Parce qu’il est dangereux de rentrer dans la stratégie de la direction qui consiste à « diviser pour mieux régner » : division entre services, entre managers et commerciaux, entre commerciaux ; divisions masquant les causes réelles des besoins des personnels. Les conflits qui éclatent en témoignent ;

Parce que la stratégie mise en œuvre par nos dirigeants, avides de gains de productivité, se traduit par des suppressions massives d’emplois et une augmentation de la charge de travail pour les autres ;
Parce que les moyens humains et matériels manquent pour répondre correctement aux demandes des clients et aboutissent à un résultat qui n’est profitable : ni à l’image de La Poste, ni aux usagers de La Poste, ni aux professionnels de La Poste ;
Parce que les managers ne disposent pas de réelles moyens pour mettre en œuvre un réel dialogue social de proximité, et répondre aux revendications qui s’expriment ;
Parce notre fonction et nos responsabilités appellent à la reconnaissance et donc à une revalorisation des grilles salariales et de nos salaires (c’est-à-dire un minimum de salaire pour les cadres égal au plafond de la Sécu) ; et de réelles perspectives de promotion ;
Parce que le respect de notre dignité, le respect de la législation sur les 35h, et le respect de notre vie privée sont des conditions essentielles au bien être au travail et au bon exercice professionnel de nos responsabilités.

L’ exemple de La Suède :
Ø En Suède, pays qui a été parmi les premiers en Europe à privatiser sa poste en 1993, le bilan est catastrophique…
Dix ans après le bilan est sans appel : le prix du timbre a doublé, 30 000 emplois parmi les 70 000 que comptait l’opérateur historique ont été supprimés et le nombre des bureaux de poste traditionnels a été divisé par 5 et ils sont dévolus désormais aux entreprises. Pire, la poste suédoise qui générait des profits est en déficit chronique depuis des années. Elle a perdu plus de 87 millions d’€uros en 2002, un déficit qu’elle s’attend encore à creuser en 2003. La plupart des actifs ont été vendus, du système de paiement postal, très répandu en Suède, jusqu’aux bâtiments en passant par le Siège Social… Aujourd’hui, les particuliers suédois affranchissent les lettres et reçoivent leurs paquets dans quelques 3000 points poste installés dans les supérettes, des tabac ou des stations-service (Article du FIGARO en 2004)

Autre exemple : La mise en place de la Convention Collective pour les contractuels de droit privé à La Poste a-t-elle amélioré leurs droits et garanties ? Suite à la réforme de 1991, La Poste a la possibilité de recruter du personnel de droit privé et plus uniquement sous statut de fonctionnaires. Les conditions de vie et de travail se sont dégradées pour l’ensemble des personnels, tous statuts confondus. Les uns abaissant le niveau des autres… Suppression d’emploi, des salaires de misère, dégradation des conditions de travail, souffrance des agents… sont déjà le fruit des restructurations. Alors que les bénéfices ne font qu’augmenter, La Poste ne répond en rien aux revendications des postiers pour une amélioration de vie et conditions au travail… La Poste a fait le choix de recruter des agents contractuels (de droit privé), un des moyens simples et évident de faire du bénéfice rapidement. La Poste a tout intérêt à recruter des agents contractuels dont le niveau de salaire est bien inférieur à celui des fonctionnaires. Les bénéfices annoncés par La Poste, ces dernières années proviennent, pour une partie, des écarts de salaire entre les salariés fonctionnaires et contractuels. Tous les postiers pâtissent de cette politique, et plus particulièrement les contractuels qui sont rémunérés par un salaire inférieur à leur collègue fonctionnaire pour un travail de valeur comparable. La Poste, quant à elle, en récupère les bénéfices !!!

Alors, toutes et tous dans l’action pour nos revendications
le 23 Septembre 2008.
La privatisation n’est ni amendable, ni négociable !
Elle se combat !

Télécharger le fichier